Dépression, baisse de désirs et troubles anxieux


Bonjour,
Je voudrai des infos, je vois pas le bout du tunnel, je vous avais écris pour ces TOC sous formes de pensées envahissantes. J’ai toujours un désir bas je me sent vide d’émotions et ma pulsion sexuelle est à plat. j’ai dû mal à avoir cette pulsion de vie qui me caractérisait. Je n’arrive pas à retrouver le moi d’il y a 1 an environ suite à une grosse dépression et de 2 déceptions amoureuses consécutives. Je suis souvent anxieux, et les questions remplissent mon temps de vie. Je vie au ralentit, j’avais un désir débordant pour les femmes, je ne le retrouve pas, je fais l’amour très peu en ce moment. Je n’ai plus d’érection matinale, et ma vie actuelle est une constante prise de tête envers mes blocages psychiques. J’ai déjà vécu cela lors 2 dépressions antérieur mais ce que je vie actuellement est démultiplier. Je ne sais même pas ce que je ressent et envers qui je ressent du désir. Le gros de la dépression est-elle passé? Pourquoi-suis je au point mort?
merci bcp de la réponse
Med2312
Bonjour Med2312,
Tout d’abord, je tiens à te remercier de la confiance que tu portes au groupe « Parles-en aux experts »! Si je comprends bien tes inquiétudes, tu ressens une anxiété face à ton manque de désir sexuel ainsi que face à tes blocages psychiques qui te font te poser de nombreuses questions. Tu nous dis ne pas voir le bout du tunnel. Aussi, tu nous demandes si le gros de la dépression est passé.
Premièrement, il est compréhensible que tu trouves cette situation difficile, ce n’est pas agréable de se retrouver sans désir et c’est épuisant de se poser continuellement des questions tous les jours. Pour ce qui est de savoir si le gros de la dépression est passé, je crois qu’il serait préférable que tu consultes un médecin, qui lui sera plus en mesure de prendre le pouls de la situation et de pouvoir répondre à cette question. As-tu pris ou prends-tu encore de la médication pour les dépressions que tu as faites? Je te le demande, car il n’est pas rare que celle-ci cause une panne de désir. Dans tous les cas, il est tout de même préférable de ne pas arrêter la médication, si tu en prends encore, et d’en parler à ton médecin. Il est le mieux placé pour pouvoir t’aider à y voir plus clair.
Ensuite, je ressens, dans ce que tu écris, que tu es une personne très anxieuse. Tu sais, les troubles anxieux tels que le trouble obsessif compulsif ou les questionnements constants qui caractérisent souvent le trouble d’anxiété généralisée sont des troubles qui, lorsqu’ils sont bien compris et que le nécessaire est fait pour apprendre à vivre avec ceux-ci, peuvent être moins souffrants. Il est évident qu’un travail sur soi s’impose et que ceux-ci ne disparaissent jamais complètement, mais on peut tout de même très bien les gérer avec de bons outils et une connaissance adéquate de leur manifestation en nous. Je te laisse un lien ici d’un organisme à Paris qui accompagne des personnes souffrantes. Je te suggère d’y naviguer, et si jamais tu t’y reconnais, tu peux toujours les contacter pour avoir plus d’information ou pour avoir du soutien.
Maintenant, concernant ton désir sexuel, tu dis que tu te sens vivre au ralenti, et que tu ne retrouves plus le désir débordant que tu avais pour les femmes suite à tes dépressions et à des déceptions amoureuses. Tu dis ne plus avoir d’érection matinale et ne pas savoir ce que tu ressens et envers qui tu ressens des choses, et tu te demandes pourquoi tu es au point mort. Tu dis avoir déjà vécu cette sensation après tes deux dépressions, mais que cette fois-ci, c’est pire que les autres fois.
Pour ce qui est des érections matinales, j’ai trouvé cette rubrique qui pourrait t’éclairer sur le fonctionnement de celles-ci. Puisque ce texte est trouvé sur le net, je te conseille de t’informer, encore une fois, à ton médecin pour avoir l’heure juste sur les causes possibles de cette absence d’érection.

« Les “matins triomphants”, comme les surnommait joliment Victor Hugo, sont une réalité connue de tous les hommes. Pourtant, beaucoup de questions restent en suspens. Comment expliquer ces érections qui surviennent au réveil sans excitation d’aucune sorte? Faut-il s’inquiéter de leur absence? Éléments de réponse.

Pour mieux comprendre l’érection matinale, il faut rappeler les mécanismes physiologiques de l’érection. Contrairement à une idée répandue, quand le sexe est au repos, cette flaccidité est un phénomène actif : des stimuli nerveux maintiennent les muscles lisses à l’intérieur du pénis contractés, empêchant ainsi le sang de venir le faire gonfler.

Paradoxalement, la rigidité du pénis est causée par le relâchement de ces muscles lisses qui laissent alors affluer le sang en masse dans le sexe. Pour qu’une érection survienne, il faut donc que les messages biochimiques qui maintiennent fermées les vannes qui régulent l’afflux sanguin disparaissent. C’est notamment le cas la nuit, lors des phases de “sommeil paradoxal”. D’où la survenue d’érections nocturnes, en dehors de toute caresse ou de toute rêverie érotique.

Les érections matinales sont le prolongement direct des érections nocturnes. [Perçues comme de simples] réflexes, [les érections] vont être plus facilement [ressenties] si le dormeur se réveille durant une phase de sommeil paradoxal. Elles seront à l’inverse moins ressenties par les hommes ayant des rythmes de sommeil décalé (décalage horaire, travail nocturne). Ceux prenant des somnifères qui perturbent les cycles de sommeil y seront également moins sujets. En dehors de ces cas, une absence totale d’érection matinale peut être le signe d’une dysfonction érectile, surtout si elle s’accompagne d’une diminution de la qualité des érections lors des rapports sexuels. »

Source : Érection mode d’emploi, Dr Ronald Virag, Les Éditions Clément, 118 pages
Les causes de l’absence de l’érection matinale sont multiples et il se peut fort bien que le fait que tu te sentes déprimé et que tu sois anxieux fasse en sorte que ton désir soit au plus bas. Tu sais, lorsqu’on est préoccupé ou qu’on se sent mal ou malade, il est normal de ressentir moins de désir.
Enfin, lorsque tu dis avoir l’impression d’être au point mort et ne pas savoir pour qui tu ressens du désir, est-ce que tu te poses des questions sur ton orientation sexuelle? Si tel est le cas, tu dois savoir qu’il est tout à fait sain de se poser des questions et de fait de faire le point là-dessus.
Voilà, j’espère t’avoir aidé un peu dans tes questionnements, je te souhaite un bon cheminement à travers cette épreuve, et si tu en ressens le besoin, tu peux toujours nous réécrire. Dans le groupe « Parles-en aux experts », il y a toujours quelqu’un de disponible pour te lire et te répondre avec attention.
Passe une très belle journée!
Karine Lepage-Martel
Étudiante en psychologie à l’Université du Québec à Montréal

Leave a comment