Comment dire à mon amie qui veut devenir un homme que je la soutiens dans sa transition?


Bonjour,
J’ai déjà posté une question sur ce site mais cette fois ci ce n’est pas pour moi~
Une amie est très mal dans sa peau, elle voudrait être un homme mais ne veux pas en parler du tout… C’est une amie en commun qui me l’a dit car je commençais à vraiment m’inquiéter de la(le?) voir mal…
J’aimerais savoir comment je pourrais lui en parler et lui montrer qu’on est la pour la soutenir.
Elle ne devrait pas avoir peur de nous en parler et de nous demander de la genrer masculin, comment faire pour l’aider?
Merci beaucoup
K.Clara
Bonjour K. Clara!
Merci de nous faire confiance encore une fois! 🙂
Tu te demandes comment aborder le sujet de l’identité de genre avec ton ami.e, plus précisément lui faire savoir que tu es là pour le/la soutenir.
Comme iel ne t’a pas directement parlé de pronoms et qu’on ne sait pas ce qu’iel préfère, j’utiliserai des pronoms neutres le plus possible pour le/la désigner. Je sais, ça peut faire un peu bizarre quand on n’est pas habitué.e à des mots comme “iel” (contraction de il et elle). 😉
Alors si je comprends bien, ton ami.e est possiblement un garçon trans. C’est une situation délicate puisque la personne en question ne t’en a pas parlé elle-même, c’est plutôt une nouvelle que tu as reçue d’une amie en commun. Crois-tu que cette amie devait garder un secret? Est-ce qu’il était prévu que tu reçoives cette information?
Quoi qu’il en soit, il y a plusieurs façons d’afficher ton soutien envers ton ami.e. Si iel aime les câlins, tu peux simplement le/la prendre doucement dans tes bras et lui dire à quel point iel est important.e pour toi et qu’iel peut compter sur toi n’importe quand. Ça fait le plus grand bien, je le jure! En lui montrant simplement ton affection, tu respectes son rythme et tu lui annonces que tu es disponible si iel a besoin d’un coup de pouce, sans faire allusion à son genre.
Tu peux aussi porter des petits macarons (pins) arc-en-ciel sur ton sac à dos ou sur tes vêtements. Disons que ça envoie un bon signal d’ouverture. Par contre, il se peut que certaines personnes te posent des questions sur ton orientation sexuelle. À toi de voir si tu es prête à démontrer ainsi ton soutien!
Voici des gestes simples pour être un.e bonne allié.e des personnes LGBT. Cette liste se retrouve dans le guide “Les alliés des personnes LGBT“, par Interligne (anciennement Gai Écoute) et la Fondation Émergence:
“• S’informer sur les réalités LGBT;
• Confronter ses propres opinions sur les réalités LGBT; 
• S’abstenir de présumer de l’orientation sexuelle d’une personne et respecter son identité ou son expression de genre;
• Tenir des paroles et poser des gestes d’ouverture et d’inclusion envers les personnes LGBT;
• Ne pas banaliser les mots « fif », « gai », « butch », « tapette » et s’abstenir de faire des blagues de mauvais goût au sujet des personnes LGBT;
• 
Réagir lorsque l’on est témoin de discrimination envers les personnes LGBT;
• Ne pas obliger une personne LGBT à « sortir du placard », mais être à l’écoute et la soutenir dans son cheminement.”
La dernière phrase attire mon attention, particulièrement dans ta situation. Il est peut-être préférable de ne pas proposer à ton ami.e de changer les pronoms utilisés pour le/la désigner en ce moment, parce que ce serait un peu comme lui dire: “Je sais que tu es trans!” alors qu’iel n’est peut-être pas prêt.e à en parler à d’autres personnes qu’à ton amie qui est au courant. Je comprends que pour toi, il est important de lui dire qu’iel est en sécurité avec toi, mais il n’est pas toujours simple de révéler à d’autres personnes son orientation sexuelle ou son identité de genre lorsqu’on n’est pas hétérosexuel.le ou cisgenre. Il vaut mieux respecter le rythme de la personne au lieu de prendre le risque de la brusquer!
Jetons maintenant un coup d’oeil au vocabulaire. Selon le document “Les mots de la diversité liée au sexe, au genre et à l’orientation sexuelle”, rédigé par des figures importantes des milieux LGBTQ+ du Québec (principalement Dominique Dubuc du Comité orientations et identités sexuelles de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec-CSN , avec l’aide de Gabrielle Bouchard du Centre de lutte contre l’oppression des genres et Marie-Pier Boisvert du Conseil Québécois LGBT, voici des propos à éviter:
” En parlant des personnes trans, il faut utiliser avec circonspection les expressions : • « devenir une femme ou devenir un homme » Par exemple, une femme trans peut affirmer qu’elle a toujours été une femme, mais qu’elle a pris un temps avant de s’affirmer socialement : donc, pour elle, il n’y a pas d’« avant et après » en termes d’autoidentification. Elle n’est donc pas « devenue » une femme.” Même chose pour “vouloir être un homme”.
Qu’en penses-tu? Ton ami.e est peut-être, malgré son apparence et les pronoms utilisés actuellement, un homme trans. Simplement ! 🙂
Je te propose de lire ce petit guide (même s’il est traduit de façon en français de complètement hilarante) qui contient plusieurs pistes:
Being an Ally. Clin d’oeil à la phrase suivante qui est bien mise en évidence “Ne pas sortir les.” qui signifie “Don’t out them.”, c’est-à-dire ne pas révéler l’identité de genre ou l’orientation sexuelle d’une personnes LGBTQ+ sans sans consentement. (Je sais, c’est la plus drôle traduction du monde!)
En terminant, tu peux aussi lire ceci: Conseils aux allié(e)s des personnes transgenres, traduit d’un document produit par GLAAD.
J’espère que ma réponse te donne un coup de pouce.
N’hésite pas à nous écrire à nouveau si tu as des questions ou encore pour nous donner des nouvelles à propos de ta relation avec cette personne.
Merci d’être une bonne alliée et une bonne amie ! Prend soin de toi ! 🙂
Marie-Édith, B.A. sexologie, pour AlterHéros


About Marie-Édith Vigneau

Marie-Édith est une femme lesbienne acadienne étudiante à la maîtrise en travail social. Elle est grande fan de la mer, de féminisme, de santé sexuelle, de justice sociale, de musique, d'espresso, de bières de microbrasseries, de bas de laine et de grilled-cheese.


Leave a comment

One thought on “Comment dire à mon amie qui veut devenir un homme que je la soutiens dans sa transition?