Comment dire à mes amis que je veux qu’ils arrêtent d’utiliser mon dead name? Comment se faire d’autres ami.e.s trans?


Bonjour, je suis un garçon transgenre et je ne sais pas comment dire à mes amis que je veux qu’ils m’appelle Noah, pas par mon dead name, j’ai envie qu’ils me genrent correctement. Je leurs est déjà demandé mais ils semblent ne pas vouloir m’appeler Noah.
Comment faire pour qu’ils me genres correctement ?

Je voudrais me faire un amis ou même plusieurs qui sont transgenre. Je suis un gars trans et je voudrais pouvoir avoir des amis qui le sont aussi. Je me sent souvent seul car mes amis ne le sont pas et je voudrais me sentir moin seul pouvoir parler de ma trans identité à qu’elle qu’un qui me comprendras. Je voudrais avoir un amis ou plusieurs de mon âge avec qui ont pourraient parler de notre trans identité, comment faire pour trouver un ami comme moi ? Désolée si je me suis répété.
Merci Noah.

Bonjour Noah!

Merci grandement pour la confiance que tu portes envers AlterHéros! Je tiens à m’excuser pour le délai associé à la réponse de tes différentes questions. J’en profite également pour te souhaiter mes meilleurs voeux pour 2021 et je te souhaite tout plein de douceur et de positif associé à l’exploration et l’affirmation de ton identité de genre!

 

Si je comprends bien ta situation, tu aimerais que tes amis utilisent le prénom Noah à tes côtés. Tu leur as déjà communiqué une fois ta demande, mais tes amis ne semblent pas comprendre ou vouloir comprendre l’importance de ta demande. D’autre part, tu ressens le désir et le besoin de rencontre d’autres jeunes personnes trans afin de pouvoir discuter, sans barrières, de vos réalités.

 

Premièrement, je tiens à souligner ton grand courage d’avoir communiqué une première fois à tes amis que tu es un garçon trans. C’est tout à ton honneur d’agir afin de vivre en accord avec qui tu es, en tant que garçon. Comme le dit mon collègue Séré dans cette réponse : « Le problème est que l’identité de genre n’est pas un choix. On ne peut pas la changer, même si on essaie très fort. Et souvent, lorsqu’on refoule de tels sentiments, on se sent mal à l’intérieur. On a l’impression de mentir à tout le monde ainsi qu’à soi-même ». Tu peux ainsi être fier de toi d’avoir eu la force de communiquer à ton entourage ton souhait d’être appelé Noah. C’est une étape très significative et tu l’as fait afin de viser ton bien-être. Bravo!

 

Je suis également désolé de lire que tes amis ne semblent pas t’apporter le soutien et la compréhension dont tu as de besoin. Tu as droit de ressentir de la tristesse et même de la colère envers tes amis. Tu as l’autorisation de prendre le temps dont tu as de besoin avant de leur en reparler. Maintenant, comment leur faire comprendre que ton prénom est Noah? Je ne connais pas les circonstances où tu as communiqué pour la première fois ton nouveau prénom, mais il est possible que tes amis -pour diverses raisons- n’aient pas saisi l’importance de ta demande. Il est possible pour toi de leur rappeler, que ce soit individuellement, collectivement, par courriel ou par texto, ce que représente pour toi le prénom Noah et en quoi tu trouves cela difficile et violent d’entendre ton dead name de leur part.

 

Pour citer cette réponse donnée par mon collègue Séré : «Si tu veux le faire en personne, l’idéal est de le faire à un endroit où tu te sens bien et où tu as la possibilité de t’isoler ou de quitter si jamais tu en ressens le besoin. Je te conseille aussi de bien te préparer afin de répondre à leurs questions. Ce qui aide beaucoup quand on fait un coming-out trans est de nommer les choses que l’on veut changer et l’aide que tu aimerais obtenir de tes [amis.e.s]. […] Tu peux aussi parler de ce qui ne changera pas! Souvent, lorsqu’on fait un coming-out à nos [ami.e.s], iels se sentent un peu bousculé.e.s, car iels se sont fait des attentes par rapport à notre genre assigné à la naissance. Ça peut alors être utile d’insister sur le fait que tu restes la même personne que tu as toujours été, que tu restes leur [ami] et que tu gardes la même personnalité et les mêmes intérêts, que de faire ce coming-out est en fait une façon de te sentir authentique avec elleux.

Si tu veux faire ton coming-out en personne, mais que tu n’y arrives pas quand tu es en face de tes [ami.e.s], tu peux essayer de ne pas leur faire face : c’est beaucoup plus facile de commencer une conversation difficile quand tu es côte à côte avec une personne plutôt qu’en face d’elle. Tu pourrais par exemple faire ton coming-out pendant une marche [entre ami.e.s] ou bien lorsque tu es assis.e à côté de tes [ami.e.s] à une table ou sur un divan.

Faire un coming-out par écrit, soit en donnant une lettre à tes [ami.e.s] ou en leur envoyant un courriel, permet de préparer tout ce que tu veux dire à l’avance sans avoir à craindre d’être interrompu.e. Cela permet aussi de prévoir un espace pour que [ami.e.s] puissent réagir à cette nouvelle et gérer leurs sentiments par rapport à cela sans que tu aies à en être témoin. Par exemple, tu pourrais leur remettre la lettre juste avant d’aller prendre une marche. Un autre avantage de cette méthode est de permettre de leur donner des ressources. Par exemple, j’aime bien ce vidéo qui permet de faire ton coming-out non-binaire à ta place! (Voici l’équivalent pour les femmes trans, et pour les hommes trans) Tu pourrais aussi leur envoyer des articles, comme celui-ci qui donne des conseils aux parents d’ados LGBTQ+ ou celui-ci qui explique que les enfants et ados trans se sentent autant fille ou garçon que les enfants et ados cisgenres. »

 

Puis, peut-être as-tu la possibilité de cibler un.e ami.e en particulier qui semble davantage soutenant.e envers ton coming-out trans et soutenant.e pour utiliser le prénom Noah à tes côtés? Il peut s’agir de la personne avec qui tu te sens traditionnellement le plus proche ou dont tu te sens le plus à l’aise de communiquer de sujets émotifs. Tu pourrais faire la demande à cette personne de prendre la responsabilité de parler à tes autres ami.e.s de ta demande d’utiliser le prénom Noah ainsi que les pronoms et accords masculins : de lui demander de leur communiquer à quel point c’est important pour toi, que ta demande est sérieuse et crédible. C’est aussi le rôle de nos ami.e.s de sensibiliser et conscientiser nos autre ami.e.s sur les réalités et enjeux des personnes trans!

 

Deuxièmement, tu aimerais rencontrer d’autres jeunes vivant ou ayant vécu un parcours similaire au tiens. C’est entièrement compréhensible de ta part de vouloir rencontrer d’autres jeunes trans et non-binaires. Après tout, nous ressentons toustes le besoin de se sentir validé.e et compris.e par des gens qui comprennent nos réalités. S’entourer d’ami.e.s trans et non-binaires peut être un excellent moyen de briser l’isolement, de consolider notre estime personnel et d’échanger sur nos différentes réalités et expériences.

 

Pour m’inspirer et adapter les mots de maon stagiaire Maxime à une question concernant l’identité de genre d’une jeune personne habitant en Belgique : «Si tu as besoin de parler à une personne, il y a l’association belge Genres Pluriels qui organise des groupes de paroles par et pour les personnes trans. Certains groupes sont spécifiques à une région walonne ou bruxelloise lorsqu’ils se déroulent en personne ou en visioconférence lorsque le groupe est ouvert aux personnes trans de chaque région de la Belgique. Tu trouveras toutes les informations sur ces groupes en cliquant ici. Cela peut être une belle façon de rencontrer d’autres personnes qui vivent ou ont vécu une situation similaire à la tienne! Tu n’es pas seul. 🙂 C’est aussi possible de jeter un coup d’oeil à la Fédération Les CHEFF qui regroupent sept associations par et pour les jeunes LGBTQ+ de moins de 30 ans dans différentes régions de la Wallonie ou à Bruxelles. Certaines, comme celle de Liège, est même sur Facebook si tu trouves cela plus facile pour les contacter. N’hésite pas à contacter l’asso LGBTQ+ de la ville la plus près de chez toi : les personnes queer et trans sont une grande famille dont notre objectif est de ne laisser personne derrière. Je suis convaincu.e que tu pourras trouver du soutien et, surtout, de nouveaux.elles ami.e.s de confiance.»

 

J’espère que le tout te sera utile. N’hésite pas à contacter de nouveau les services d’AlterHéros si tu en ressens le besoin. Tu n’es pas seul. 🙂

 

Solidairement,

 

Guillaume, pour AlterHéros


About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume (il/lui) est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment