Après des attouchements sexuels non consentis et une rupture amoureuse, je ne veux pas être lesbienne!


Bonjour
Je vous écris en pleine détresse et en espérant sincèrement votre aide.
Je suis une jeune fille de 17ans et depuis quelque mois j’ai subis une rupture amoureuse douloureuse, dont j’ai mis des mois a me remettre. Petite, j’ai également vécu une expérience d’attouchements sexuels d’un homme assez traumatisante. J’ai toujours été sujette a des angoisses, a l’époque , peur de ne pas aimer mon copain (alors que j’étais folle de lui) ect. Il m’était déjà arriver de me poser la question sur mon orientation sexuelle mais étant en couple, cela a vite cessé. Sauf qu’aujourd’hui, l’angoisse a ce sujet est de retour est insoutenable .. J’ai peur d’être bi, ou lesbienne. Je me poses des questions, sans arrêt, pour savoir si je le suis ou pas. Je suis pourtant tombée amoureuse 2fois, et je n’ai presque toujours été attiré par des garçons. je suis perdue .. Je ne VEUX PAS être lesbienne. Ça m’angoisse, je me test sans cesse, mais je voudrais d’un homme! Je craque !
Aidez moi , svp,
Merci..
Bonjour et merci d’avoir écrit à AlterHéros.
Tu as peur d’être lesbienne ou bisexuelle et cette situation t’angoisse beaucoup. La dernière fois que tu t’es questionnée au sujet de ton orientation sexuelle, tu étais en couple. Tes doutes se sont alors vite dissipés. En ce moment, tu viens de vivre une rupture amoureuse et les questionnements perdurent.
Tu exprimes souvent dans ton message ton attirance pour les hommes. Malgré cela, je comprends que c’est une question qui revient et qui t’angoisse tout de même. Tu dis que tu te poses des questions pour savoir si tu es lesbienne ou bisexuelle. Est-ce que tu peux identifier ce qui te fait peur, plus exactement? Également, pour quelles raisons ton orientation sexuelle changerait-elle en ce moment?
Peut-être as-tu entendu parler de l’«homosexualité réactionnelle». Est-ce que c’est cela qui t’inquiète? C’est un concept controversé dont on entend parfois parler dans certains milieux. Il s’agirait d’une homosexualité «en réaction» à une situation traumatisante, c’est-à-dire que la personne « deviendrait » homosexuelle suite à un ou des contacts traumatisants avec une personne de l’autre sexe. Dans ce cas, peut-on parler d’attirance réelle vers des personnes du même sexe ou plutôt d’un choix provenant d’une grande crainte, d’un besoin de sécurité? À toi de voir ce que tu en penses…
J’aimerais souligner que tu exprimes ton attirance vers les hommes à quelques reprises dans ton message. Tu dis que tu es tombée amoureuse (d’un homme, j’en conclus) deux fois et que tu as presque toujours été attirée par des garçons. Tu dis aussi qu’en ce moment, tu voudrais d’un homme. Qu’est-ce qui ferait qu’en ce moment, tu serais plus encline à aller vers les femmes? As-tu déjà été amoureuse d’une femme? As-tu déjà eu des sentiments, une attirance profonde qui a duré un certain temps pour une personne du même sexe que toi? Dans le futur, te vois-tu davantage avec une femme plutôt qu’avec un homme? Ce sont peut-être des questions auxquelles tu as déjà répondu. Je me permets tout de même de te les proposer.
Au-delà de ce questionnement au sujet de ton orientation sexuelle, ce qui m’inquiète dans ce que tu nous écris, c’est ta grande détresse. Les mauvaises expériences de ton enfance et les plus récentes, en plus de tes questionnements qui prennent beaucoup de place pour toi, sont des éléments qui s’accumulent et te blessent au quotidien. Tu dis que tu as toujours été sujette à des angoisses. Un questionnement au sujet de l’orientation sexuelle peut être anxiogène, et chez les personnes très anxieuses, une simple réflexion peut amener à réfléchir aux pires scénarios possibles. Te reconnais-tu en ces mots? Que ce soit le cas ou non, certaines solutions pour surmonter ces épreuves et mieux gérer ton anxiété s’offrent à toi, tu sais. En mettant ces solutions en pratique, je t’invite à te questionner au sujet de l’homosexualité et de la bisexualité en général, de ce qui t’effraie.
En ce moment, est-ce que tu consultes un.e professionnel.le, comme un.e psychologue, sexologue, travailleur.euse social.e? Si ce n’est pas le cas, je t’invite fortement à le faire. Ici, à AlterHéros, nous pouvons t’offrir un service à très court terme en répondant à tes questions sur le web. Je te félicite d’être venue chercher de l’aide ici, c’est un excellent réflexe. Toutefois, je constate que tu as besoin d’un soutien plus important. En toute honnêteté, je connais peu le système de santé en France, mais la visite d’un CMP pourrait être très utile pour toi, puisqu’ils offrent des services de psychologie gratuitement. Tu pourrais aussi parler de ta situation directement à ton médecin. As-tu déjà parlé de l’agression que tu as vécue? Comme tu le soulignes, il s’agit d’un événement traumatisant et tu mérites de prendre soin de toi. Il n’est pas toujours agréable de parler d’une agression vécue, mais cela pourrait te permettre de répondre à beaucoup d’autres questions, à mon avis. Qu’en penses-tu? En attendant de consulter un.e professionnel.le, pourrais-tu identifier une personne de confiance avec qui tu pourrais partager tes expériences et tes questionnements? Tu as le choix de dénoncer ton agresseur ou non, mais l’important pour l’instant, à mon avis, est de trouver un espace où tu pourras t’exprimer et prendre soin de toi.
En terminant, je te laisse l’adresse de l’Association canadienne pour la santé mentale, qui contient des informations importantes concernant le stress, l’anxiété et d’autres problématiques connexes: http://www.cmha.ca/fr/sante-mentale/ N’hésite surtout pas à nous réécrire, que ce soit pour une autre question ou pour nous donner des nouvelles, d’accord?
Bon courage.
Marie-Édith, B.A. sexologie, pour AlterHéros


About Marie-Édith Vigneau

Marie-Édith est une femme lesbienne acadienne étudiante à la maîtrise en travail social. Elle est grande fan de la mer, de féminisme, de santé sexuelle, de justice sociale, de musique, d'espresso, de bières de microbrasseries, de bas de laine et de grilled-cheese.


Leave a comment

One thought on “Après des attouchements sexuels non consentis et une rupture amoureuse, je ne veux pas être lesbienne!