Mel


J’ai du mal à affirmer ma féminité mais je déteste ...

Bonjour, J'ai 17 ans et je suis née assignée femme et cela ne m'a jamais posé de problème. Mais depuis quelque temps, avec la visibilité donnée à la transidentité je commence à me poser pas mal de question. Je trouve le corps des hommes très beau esthétiquement et j ai du mal à affirmer ma féminité mais paradoxalement je déteste qu'on me dise que je ressemble à un garçon à cause de mes cheveux courts. Je suis assez perdue. Je me demandais si il était possible que je fasse une sorte de déni. Merci beaucoup de votre temps. Lisa


J’ai très envie de faire l’amour avec ma blonde et ...

Allô. Voici ce que je me pose comme question pour les experts. Je suis une fille qui aime les filles. J'ai 22 ans. Ca ma pris du temps pour assumer mais maintenant c'est fait. J'ai une amoureuse (ma 1ere) et je suis contente qu'on soye ensemble. Elle est super importante pour moi. Ce qui est difficile c'est que j'ai beaucoup beaucoup envie de faire l'amour avec elle et elle non. On n'a jamais fait l'amour avant avec personne. Ca sera notre première fois aux 2. Ca fait facile 7 ans que j'ai très très hâte de faire l'amour avec une fille que j'aime. Qu'on se découvre et tout. J'aurais le goût de faire ca pendant des heures. J'y pense souvent beaucoup. Ca me déconcentre. Mais ma copine elle n'est pas prête. Je veux attendre qu'elle se sente confortable c'est sur. Mais c'est difficile de retenir tout mon désir, ça fait une grosse boule brulante dans moi. Je l'aime par dessus la tête! Je veux un futur avec elle. J'aurais envie que notre relation soit plus physique aussi mais je ne sais pas comment faire vu qu'on n'a pas le même rythme. Ca va faire 10 mois qu'on est ensemble et j'avoue que je pensais que ca arriverait plus vite ou en tout cas des petites étapes vers. Mais rien à part des bis et se serrer dans nos bras avec tout nos vêtements. Je ne sais pas quoi faire. Je ne veux pas lui mettre de la pression en lui en reparlant tout le temps ou en demandant toujours plus. Je ne veux pas être un "fuckboy" en lesbienne qui s'éloigne ou la fait sentir mal juste parce je veux du sexe. C'est dur quand même de résister, d'être patiente et de garder tout en dedans. Ca me chavire. Dès qu'elle est proche j'ai des frissons et je vire en guénille. Je n'arrive pas à me retenir de penser à ce que j'ai envie qu'on face ensemble. J'ai l'impression de ne pas être normal. Je n'ai pas envie d'être une obsédée sexuelle. De prendre ma blonde pour un objet ou qu'elle se sente forcée de quoique ce soit. Mais j'ai toujours du désir dans mes yeux je ne suis pas capable de le faire disparaître. Dès que je la vois, que je sens son odeur, que je l'imagine, qu'on se colle c'est l'avalanche d'excitation et d'envie. J'essaye de faire baisser la pression en me touchant toute seule mais c'est pas pareil. Je n'ai pas juste envie de sexe en général. J'ai envie de précisément ma blonde. Pour comment elle est physiquement oui mais aussi pour qui elle est comme personne et les sentiments qu'elle me donne. On dirait que je suis comme brisée de sexe, comme un gars ado plein d'hormones qu'il sait pas quoi faire avec. Qu'est-ce je peux faire pour ramener ma libido à un degré normal et acceptable? Avez-vous des trucs pour la frustration, la hâte etc. Aussi par rapport à me sentir rejeter? C'est dur de me dire que moi je la trouve tellement sexy et qu'elle elle me trouve correct belle mais pas assez pour avoir envie de me toucher ou d'être touchée par moi... J'aurais le goût qu'elle ait envie de moi. Qu'on se colle plus, qu'on passe des heures à faire des préliminaires même si ça s'arrête là après. Juste faire plus de proximité... Merci. Mili


Comment faire mon coming-out à ma famille avec une mère ...

Bonjour. Je suis Noë, 16 ans, bisexuel et gender fluid. Je suis par la naissance une femme or je préfère qu’on me parle avec les pronoms masculins. Comment le faire comprendre à ma famille, sachant que ma mère est extrêmement biphobe et transphobe et qu’elle a déjà très mal réagit suite à mon CO en tant que bisexuelle et biromantique? Elle ne sait pas que je suis gender fluid et, lorsque j’ai essayé d’aborder ce sujet, m’a dit mot pour mot: « Tu es née femme donc tu resteras femme! Tu ne peut pas être autrement que bien dans ton corps ! ». Sachant que j’ai fait pendant de nombreuses années des crises de dysphorie et que j’ai très peur que cela recommence suite à mon CO, je voudrais des conseils pour pouvoir appréhender ses insultes. Merci beaucoup Noë