Claude


About Claude

Claude est une étudiante qui terminera sous peu un baccalauréat en sexologie à l’UQAM. Elle espère ardemment pouvoir s’impliquer dans l’intervention et la mise en place de projets venant en aide aux communautés LGBTQ+ une fois son diplôme en poche, et c’est ce qui la motive à s’impliquer chez AlterHéros. Dans ses temps libres, elle travaille dans une garderie pour chiens, s’intéresse à la photographie amateure et boit beaucoup trop de café.



Je remets constamment en doute ma transitude et j’ai beaucoup ...

Salut, Alors voilà, depuis quelques temps je me pose beaucoup de questions sur mon genre. J'ai vécu dans le déni très longtemps, mais maintenant je suis ouvert à me poser des questions. Je réfléchis sans cesse. Je suis né fille, mais j'aime bien m'imaginer en garçon. Je sais que je serais jamais autant "fit" que les instagrameurs trans ou etc. Je vais sûrement perdre mes cheveux si je commence un traitement hormonal, mais ça me va. Oui, comme tous les gars, c'est sûr que je trouve ça plate, mais si je veux être un gars faut que j'accepte tout ce qui vient avec non? Le problème est que je me remet en constamment en doute. Ayant vécu dans un milieu où "la communauté lgbt c'est correct, mais de loin", je crois être un peu homophone/transphobe envers moi-même. Je ne veux pas être trans. Je ne veux pas non-plus être gay, lesbienne, bi, etc (je ne connais pas trop mon orientation sexuelle). Je ne veux pas être reconnu à cause d'une "caractéristique". Je ne veux pas être fier d'être un gars trans. Par contre, j'aimerais être fier du père que je pourrais être un jour, de l'homme que je serais ou de ma carrière professionnel. Mes parents ne croient pas aux transgenres et pas aussi tôt (J'ai 16 ans). On me parle constamment de "détransitionneur"/"détransition" en plus de me parler de biologie (chromosomes) et ça me fait peur. J'ai peur de faire ça pour l'attention. Pour changer de personne, de peau. J'ai peur de ne pas accepter mon orientation sexuelle au point de vouloir changer de genre comme l'ont fait la plupart des "détransitionneur". Je déteste ce mot. On y a mis tellement de haine chez moi, alors que c'est complètement normal de se poser des questions et faire des expériences. Je le sais et pourtant, j'ai peur. Peur de transitionner pour, finalement, être juste une fille qui ne s'accepte pas. Je ne déteste pas mon corps complètement. Oui, il y a des jours où je n'aime pas mes attributs féminins, mais il y a d'autres jours où ils me dérangent moins. Je lève souvent souvent mes yeux au ciel lorsque je me change. Ça m'aide. J'ai toujours hâte de mettre mon binder. Dès que je le peux, je le mets. J'adore me sentir plat. Je me sens bien. Et, quand je suis seul, je me mets une paire de bas dans mes sous-vêtements et j'aime le sentiments que ça me fait. Je me sens...moi. Complet. Par contre, quand le monde m'appelle Jonas, je ressens un petit malaise (il y a juste trois personne qui m'appelle comme ça... et encore là). Peut-être c'est juste parce que je n'ai pas encore trouvé mon véritable nom. J'aimerais ça que mes parents le choisissent... comme si j'étais né garçon. Or, j'aime quand on me parle au masculin. J'aime m'imaginer en homme. J'aime quand je me parle au masculin dans ma tête. Même que, un jour, j'ai vu un gars trans sur les réseaux sociaux qui me faisait à penser à moi si je pourrais transitionner : un peu chubby, barbe, face ronde, lunette, petit, mais bien dans sa peau. J'ai pleuré quand je l'ai vu (ce qui est très rare pour moi étant donné que je ne pleure jamais) Je n'ai jamais eu de signes avant-coureur et j'agis encore en fille selon certaine situations (je lis beaucoup, je suis fan des chats, etc), comme mes parents me le disent toujours. Plus jeune, par contre, j'étais déjà tomboy. Quand j'ai changé d'école pour aller dans une école privé, en troisième année, je ne portais que le pantalons et, quand il faisait trop chaud, je portais la jupe-short. Jamais la jupe normale. Je ne voulais pas. Je portais des boxers "pour fille" et des casquettes à palette droite. Je grimpais partout. Je ne jouais pas à maman-papa-bébé. Moi, je grimpais sur le poteau de pompier ou les poteaux de balançoire. J'adorais faire travailler mes muscles et j'aime encore. D'ailleurs, j'aime beaucoup mes épaules, mes bras et mes mains car ils font très homme. Avant de changer d'école, j'avais pleins d'amis garçons. Après, et bien, j'ai perdu tous mes amis et, à l'école privé, les garçons ne jouaient pas avec les filles. Je me rappelle d'avoir été triste à cause de ça. Je regardais toujours les gars de loin. Je le fais toujours pour essayer de voir qu'est-ce que je pourrais améliorer pour être plus masculin. Finalement, vers ma sixième année/secondaire un, j'ai changé. J'ai porté une vrai jupe pour la première fois. Bon, j'avais quelques petites choses que je refusais de faire comme porter du maquillage, mais je suis devenu plus fille. C'est là que j'ai commencé à sentir la pression sociale. Toutes les filles portaient déjà du maquillage et pas moi. Je détestais magasiner, alors que les autres adoraient ça. Je me suis donc convaincu que c'était ça que les vrais filles font. J'ai commencé à porter des robes, jupes, collants, shorts courtes (je détestais/déteste les shorts courtes). J'ai eu mon premier copain. Ça n'a pas bien finit. C'était une relation toxique... Peut-être que c'est à cause de ça que je veux être un garçon? De plus, j'ai juste des amies filles et j'ai l'impression que ça me rend... moins valide. Je suis nerveux, maintenant, au tour des garçons. Comme si j'étais pas à ma place. Comme si j'étais un imposteur. (Je ne suis pas out autour de moi. Juste à trois ami/es.) Finalement, l'année passée, j'ai commencé à me poser des questions en restant dans le déni. Je regardais des gars trans et j'étais comme "Wow, moi aussi je veux un binder. Je suis pas trans, par contre... Mais est-ce que ça veut dire que je suis trans? Naaaah, je veux juste un binder parce que je suis une fille bizarre". Depuis un peu plus de deux mois, je suis plus sérieux maintenant. Je pense à ça sans être dans le déni. Je fais des expériences (et mes parents le remarquent). Sexuellement parlant, j'aime m'imaginer comme un gars cisgenre. Comme si j'avais toutes les parties biologiques d'un homme. En fait, j'aime juste ça m'imaginer en garçon. J'ai une grande imagination, alors, je suis capable de pratiquement me convaincre que je suis plat sous mon chandail même quand je ne porte pas mon binder. Je ne suis pas capable de m'imaginer plus vieux, mais je suis capable de m'imaginer à mon bal cette année ou rendu au cégep. Dans tous les cas, j'ai, au moins, une apparence masculine. Ça me rend vraiment triste savoir que je vais devoir porter une robe et tout le tralala à mon bal au lieu d'avoir un complet. Ça me rend triste savoir que je vais commencer mon cégep sous un nom de fille et ressembler à une fille. Alors, ma question après tout ça, est est-ce que je fais ça pour les bonnes raisons? Est-ce que je veux juste de l'attention alors que je ne veux pas? Est-ce que c'est juste une phase dans mon adolescence parce que mon cerveau n'est pas totalement formé? Est-ce que... je suis juste en déni complet? Est-ce que je fais ça pour être différent? Je sais que mes questions/réponses et que toute ma période d'affirmation de moi-même va passer par, et bien, moi. Mais savoir que j'ai du soutient et des personnes qui comprennent ainsi qu'avoir des conseils vont sûrement m'aider. Merci beaucoup (et désolé pour le long message), Jonas


Je suis un gars bi, est-ce j’aurai ma chance avec ...

Bonjour je suis se que on peux qualifié de sexe masculin J'ai un crush sur une fille qui est devenu lesbi et elle a dit que sa aurait pu marcher mais quelle aime les aiment les filles Peux t'elle redevenir hétéro ? Comme j'ai dit je suis sexuellement BI, J'ai un caractère masculin mélangé a du féminin Les porno Bi me plaise, mais je n'aime pas les hommes Qui suis-je ? Et est se que j’aurais ma chance avec elle ?



Suis-je bisexuelle, hétérocurieuse, hétérosexuelle?

Bonjour , si je vous écris c'est que j'ai besoin qu'on m'aide dans mes questions sur mon orientation sexuelle.J'ai bientôt 20 ans. Pendant très longtemps, je me suis considérée comme hétérosexuelle. Un jour , j'ai trouvé une amie d'enfance plus jolie que d'habitude ( je précise que je trouvais cette fille magnifique quand je n'avais pas ces questionnements) . Je me suis posée alors la question si je n'étais pas bisexuelle. Cela s'est passé en avril 2018, durant cette période je me suis rendue compte que j'étais très amoureuse de mon ancien meilleur ami que je connaissais depuis 3 ans avec qui j'avais une relation ambiguë. Notre relation amicale s'est mal terminée à cause de ça et cette relation m'a détruite. Après cela , je suis rentrée dans mes études supérieures avec le cœur brisé et mes questions toujours en tête. En octobre 2018, j'ai flirté avec un ami qui se définissait comme non binaire et pansexuel. Je me suis définie alors pansexuelle étant donné que j'étais attirée par lui. Mais en fait même si je respecte son identité de genre , je le considérais encore comme un homme car je le connais depuis longtemps et bien avant qu'il se définisse non binaire. Pendant quelques temps , j'ai pensé avoir un crush sur une amie de ma promotion. Puis en février 2019, j'ai rencontré un garçon qui est devenu mon premier copain. J'ai eu un vrai coup de cœur pour ce garçon , il me plaisait vraiment physiquement. On est sortis ensemble pendant 4 mois ,c'était ma première relation sérieuse , il m'a apporté beaucoup et j'ai découvert beaucoup de choses avec lui. Mais vers la fin de notre relation , j'ai du mal à m'investir par rapport à de gros problèmes personnels et notamment mes questionnements. Je sais que j'ai une très forte attirance pour les hommes sur tous les plans mais les femmes j'ai l'impression que c'est plus une attirance physique, de l'admiration car je suis une jeune femme qui a peu confiance en elle et j'adore la mode et la beauté mais je n'ai jamais vraiment osé être moi-même. Je ne pense pas être pansexuelle car le genre compte pour moi énormément même. Suis je alors bisexuelle , hétérocurieuse ou hétérosexuelle ? Il est vrai que j'ai eu des attirances pour les femmes mais j'ai beaucoup de mal à me voir dans une relation sérieuse avec , d'avoir des moments de tendresse avec,comment puis mettre au clair ses réponses . Merci d'avance pour votre réponse.


Comment annoncer à ma famille que je suis bisexuelle ? ...

Comment annoncer à ma famille , que je suis bisexuelle ? Alors , je voudrai annoncer à ma famille que je suis bi , le problème , c'est que je crains leurs réactions… Pouvez vous m'aidez ? PS : Ma famille n'a pas du tout de préjugés sur les sexualités . Enfin , sauf mon père… Aidez-moi , je vous prie .




Comment dois-je gérer le fait d’être homo ? Je n’arrive pas à l’accepter.

Bonjour, Je m’appelle Martin, je suis un jeune homme de 21ans je suis gay, je voulais savoir, je suis un homme qui a une voix un peu aigu et quelques manière féminine. Mes amis me disent que sa ne se voit pas corporellement car je fait “masculin grosse barbe, mâchoire carrée large épaule etc... ou si je marche dans la rue mais que cela va se voir si je parle ou fait des geste. Je pense que j’ai un problème d’acceptation de mon homosexualité, je ne supporte pas que les gens et particulièrement les hétéros me fassent ressentir le fait “ha ben t’es gay donc t’es moins homme que nous” j’ai beaucoup souffert d’homophobies étant plus jeune je pense que j’ai du faire une homophobie intériorisé, mais voici ma question, comment puis-je aller mieux? Comment dois-je gérer le fait d’être homo car je n’arrive pas à l’accepter. J’ai lu beaucoup d’article scientifique disant que les homos hommes on un visage différent un CERVEAU différent, comment suis-je sensé me considérer comme un homme si je que vois partout même sur les articles scientifique me dit que je suis finalement moins homme de part mon homosexualité? J’ai beaucoup de mal à expliquer mon blême, mais merci de votre réponse future, Martin.


Pourquoi les bi veulent faire partie de la Pride et ...

Salut! Savez-vous pourquoi les bi veulent faire partie de la pride et tout? Elles ont le straight privilège. Elles savent pas c'est quoi être lesbienne, elles aiment des hommes et leur pénis. Elles peuvent choisir de sortir avec un homme et jamais se faire harcelées. Avoir des enfants facilement. Passer incognito. Pourquoi elles se victimisent et demandent un traitement spécial? Elles ont le meilleur des mondes, peuvent être straight avec les straight et gaies avec les gaies. Ou pourquoi ne pas se faire des événements et lieux spéciaux pour les bi au lieu qu'elles fassent de la fausse représentation dans les party de femmes aux femmes, se fâchent quand on n'est pas intéressée parce qu'elles sont bi ou chialent qu'elles sont si à part des lesbiennes que ca leur prend des mots différents? Si tu sors avec une fille, c'est quoi le problème de te dire lesbienne, à part si tu t'assumes pas pis que tu veux pouvoir garder ton privilège straight? Tannée


Notre ami est devenu violent, probablement à cause de l’homophobie ...

Salut! Sa ne va pas très bien ces temps si. Un de nous 2 vous as déjà écris par rapport à notre ami mais la il va pire. On savait qu'il étais dans un bout rough et que sa le fait agir weird. il a l'aire de vouloir se prouver cool, mâle et str8. Il dit des affaires sales sur les filles et fais le macho. sa fasait sa déjà mais il c'est rendu pire. il s'en prend aux plus fragile, aux gars plus petits, plus tranquille à ceux qui ont de l'aire féminin / pas sportif ou émotif et à ceux qu'il pense qui sont gays. Il attire des ennuies sur les autres et sur lui. ca donne moin envie aux amis de notre gang d'etre avec lui. Les seuls qu'il se rapproche de, c'est la gang plus bad vu qu'il est tjr en retenu a cause de son comportement. C'est ceux qui trouve sa drôle de shover du monde dans les murs, de lancer des rumeurs connes et de provoquer des gars qu'ils pensent qu'ils peuvent être gays ou de dire des calls de singe aux 2 couple de lesbiennes de l'école. Sa nous inquiète parce qu'il fait du vide autour de lui sauf pour des mauvaises influences. Quand il se fais conffonté sur ses actions plates il fait le gars qui s'en cal*** de tout pis qui trouve le monde faible, qu'ils l'ont cherché et qu'on est whipped, mouton et gay de lui dire que sa se fait pas ce qu'il fait. L'autre jour 1 de nous deux est tomber dessus par hasare et a vu son ordi qu'il a fermée en panique. Je en a profité pour faire un talk plus direct de écoute sérieux, c'est quoi qui se passe? Tu tapoche un joueur de ton équipe t'a craché sur un secondaire 2 qui t'avais rien faite mais que tu trouve qu'il bouge comme un fif t'es sale avec les filles pi tu les approche comme un gros moron tu t'ai battu parce que qqn a insinuer que c'est gay les douches après les pratiques t'arrète pu de dire à quelle point tu hais ca des gars tapettes pis qu'ils devrait pas sortir de chez eux. que deux gars ensemble c'est degeulasse Personne catch pourquoi tu sent le besoin d'agir de mm. Pi la t'ai rouge de stresse au cas que j'aye vu les dudes huilés sur ton ordi. Le prob sait pas de checker des dude. Sait pas de se demander si peu etre tu trouve des gars attirants Mais fesser sur tout le monde sa c'est un cr*** de probleme! T'a plein de monde qui t'aiment pis qui vont avoir ton back si tu feel pas. pis ok c'est ok si tu veut pas parler des gars personne va te forcer mais sa fais pu de sense comment tu actes... ......et après il m'a balancer son poing a la figure.... Donc la on ne sait plus comment faire pour le retrouver. On n'a peur qu'il se perde lui mm et de le perdre comme ami. On dirait que des adultes de l'ecole ont peur delui ou veule pas voir. On pensait de parler avec son coach vu que ces une figure important pour lui.... mais il c'est fait rejeté de l'équipe après qu'il a achalé un autre joueur quand il a sut qu'il a un amoureux. On veut pas le stoolé à ses parents sa serait chien mais on trouve pas comment l'arrêter. On pense pas qu'il est mèchant juste de meme on est 99% sure qu'il est mélé et qu'il essaye de couvrir une partie de lui qu'il l'aime pas. C'est dure de l'aider parce que l'aggressivité ca a de l'aire d'un symptaume et pas de la vrai raison. mais il est vrm enfoncer creux dans l'aggressivité. Merci Alterhéros