LES COUPLES IMAGINAIRES D’OLIVIER CIAPPA Y’a de l’amour dans l’air


Plus de 26 personnalités du milieu artistique québécois ont accepté de participer à cette aventure inusitée, celle de se laisser photographier comme si elles formaient des couples homosexuels. C’est Monique Giroux, animatrice radio à Espace Musique, qui a initié le projet, après être tombée sur une photo qui circulait sur Facebook, montrant deux personnalités françaises, Roselyne Bachelot (politicienne) et Audrey Pulvar (journaliste et animatrice), tendrement collées toutes deux devant un feu de foyer. « J’ai trouvé cette photo fantastique, sensuelle », se rappelle-t-elle.

Elle a contacté le photographe derrière cette photo : Olivier Ciappa. Et c’est ainsi qu’elle a découvert que cette photo faisait partie de l’exposition Couples imaginaires, une série de clichés noir et blanc mettant en vedette des personnalités formant des couples homosexuels… sans l’être pour autant.

« J’ai voulu confronter le spectateur à la douceur, à la simplicité de ces images afin de changer son regard, balayer ses représentations pour ne garder que l’essentiel : l’amour, rien que l’amour » affirme le photographe de 34 ans vivant à Paris, dont la photo montrant la chanteuse Lara Fabian enlaçant l’actrice américaine Eva Longoria a créé beaucoup d’émoi lors de sa sortie, à l’été 2013.

Couples imaginaires made in Québec
« Pourquoi ne pas demander à Olivier Ciappa de créer une version québécoise avec des couples imaginaires d’ici», s’est demandée Monique Giroux. Pour l’aider dans ce projet fou, elle a contacté son collègue et ami, Dany Turcotte. « Lorsque Monique m’a approché, j’ai tout de suite été charmé par le projet, se souvient l’animateur et humoriste. J’ai vu le travail de Ciappa et ça m’a beaucoup touché! La force de cette idée est qu’elle permet à nos amis hétéros de s’impliquer contre l’homophobie! »

Mais fallait-il convaincre d’abord d’autres artistes de se laisser prendre en photo. « Dany et moi, on s’est mis à imaginer des couples à partir de nos contacts, se rappelle Monique. On tripait fort! C’était vraiment drôle! »

Monique et Dany espéraient convaincre une vingtaine de personnalités québécoises à embarquer dans cette mobilisation contre l’homophobie. Les réponses positives ont dépassé leurs attentes. C’est plus de 30 personnes qui ont accepté, incluant quelques vrais couples gais issus du milieu communautaire. « La réponse des gens que l’on a approchés a été émouvante! Ce fût presque un oui à tout coup sans hésitation! », précise Dany.

Sans vouloir révéler tous les noms («faut bien garder des surprises!» affirme Monique Giroux, l’œil pétillant), voici d’autres couples imaginaires made in Québec qui feront partie de l’exposition : Mitsou et Sophie Laurin, Joël Legendre et Louis Morissette, Dan Bigras et Philippe Fehmiu, Marie-Thérèse Fortin et Guylaine Tremblay.

Aucune photo de Monique Giroux? « J’étais jumelée à la journaliste Anne-Marie Dussault, mais j’étais tellement grippée que le shooting a dû être annulé. »

L’intimité photographiée
Entre le 4 décembre et le 3 janvier dernier, le photographe Olivier Ciappa a mis en scène ces couples imaginaires québécois, des gens qu’il ne connaissait pas. « J’y ai rencontré des personnalités vraies, bien plus sincères et humaines que certains artistes français», précise-t-il.

Dany Turcotte a été photographié avec son collègue et animateur de Tout le monde en parle, Guy A. Lepage. « On s’est retrouvés tous les deux, torse nu, dans le lit de Monique Giroux — deux gars dans son lit, une première! — et on s’est enlacés pour la cause! Guy a été vraiment gentil d’accepter. Un ami de la cause, pour vrai!»

L’animatrice Pénélope McQuade a formé un couple imaginaire avec la comédienne Anne-Marie Cadieux : « J’ai été secouée pendant plusieurs heures après la séance. C’est probablement une des choses les plus difficiles que j’ai eu à faire de ma carrière. Créer une intimité dans la quasi-nudité avec une femme que j’admire, mais ne connais pas tant que ça, devant la lentille d’un photographe que je ne connais pas du tout… Ouf! C’est Olivier le photographe qui l’a mieux mis en mots : c’est violent de s’offrir comme ça dans un tel contexte. Mais le résultat est très percutant. C’est tout ce qui compte pour que les hétéros voient que l’amour, la tendresse n’ont pas de sexe, que deux femmes ou deux hommes vivent leur intimité comme ils vivent la leur. Ni plus ni moins. »

L’auteure Kim Thúy a, quant à elle, partagé le lit avec l’animatrice Véronique Cloutier. « Après la séance, j’ai appris que je ne pourrais jamais être comédienne!, avoue-t-elle. Pour arriver au résultat espéré, je n’ai pas joué : j’ai aimé Véronique pour de vrai. C’était facile, parce que j’étais déjà infiniment admirative d’elle avant de la rencontrer pour la première fois à cette séance de photos! »

Monique Giroux se dit très satisfaite des photos prises : «J’ai hâte que vous voyiez les photos! » Mais elle tient déjà à faire une mise en garde: « les artistes qui ont accepté de poser ne deviennent pas pour autant des porte-parole de la communauté, loin de là. Il faut voir dans leur geste d’ouverture une mobilisation contre l’homophobie».

Rendez-vous en mai
Olivier Ciappa garde un bon souvenir de son passage au Québec. «Ce qui m’a le plus surpris ici, précise le photographe, ce n’est pas tant les séances photo en elles-mêmes, mais le rapport des Québécois à l’homosexualité. Je pensais que la France était ouverte parce que chez nous, on aime se comparer aux pays les plus réfractaires comme la Russie ou le Maroc. Ça nous donne l’impression d’être ouverts. Or, ce n’est pas le cas. Et il a fallu que je me confronte à la réalité d’un pays ouvert comme le vôtre pour recevoir une énorme gifle en plein visage.»

D’ailleurs, l’expo originelle a été créée dans le climat entourant le débat sur le mariage gai qui a enflammé la France dès l’automne 2012. Plusieurs photos de ces couples imaginaires français, exposées sur les grilles de la mairie du 3e arrondissement de Paris, ont été vandalisées à deux reprises en juin dernier.

La version québécoise de l’expo Couples imaginaires (incluant les photos prises en France) sera présentée autour du 17 mai 2014, Journée internationale de lutte contre l’homophobie. «Je ne peux pas dire à quel endroit pour le moment, précise Monique Giroux, mais ça devrait être dans un grand musée de Montréal et aussi sur une grande place publique.»

Dany Turcotte y va d’un vœu : «Je souhaite de tout cœur que l’exposition fasse parler, mais pour les bonnes raisons, que les gens voient, à travers ces scènes de la vie quotidienne, l’émouvante complicité et la beauté de l’amour entre deux êtres!» Chose certaine, tout le monde va en parler!

L’expo COUPLES IMAGINAIRES aura lieu à Montréal, en mai 2014, dans un lieu qui sera dévoilé plus tard au printemps.

Un projet rendu possible grâce au Consulat général de France à Québec et à l’Institut Français dans le cadre du programme « Frimas2014 », en partenariat avec la Fondation Émergence et le site Lez Spread The Word

Leave a comment