Isentress a montré une plus grande efficacité dans une étude comparative directe en cours sur le VIH


MONTRÉAL (Québec) – L’étude comparative directe de Merck présentement en cours, comparant le traitement d’association à base de son inhibiteur de l’intégrase, ISENTRESS® (raltégravir), à celui à base d’éfavirenz, a démontré pour la première fois après 192 semaines la supériorité d’un produit au chapitre de l’efficacité antirétrovirale chez des patients infectés par le VIH n’ayant jamais été traités. Ces données sont présentées à la 49e réunion annuelle de l’Infectious Diseases Society of America (IDSA) tenue à Boston, au Massachusetts, du 20 au 23 octobre 2011.

« Selon les récents résultats de l’étude STARTMRK, le raltégravir était plus efficace, mieux toléré et moins néfaste sur les lipides, incluant le cholestérol, chez les patients n’ayant jamais été traités », a déclaré Dr Colin Kovacs, investigateur canadien pour l’étude STARTMRK et médecin de soins primaires œuvrant depuis 17 ans auprès des patients porteurs du VIH/sida. « Ces résultats confirment jusqu’à quel point les traitements contre le VIH continuent de s’améliorer. »

L’étude STARTMRK est une étude de non-infériorité de phase III, multicentrique, à double insu et contrôlée par un comparateur actif, menée actuellement auprès de 563 patients ayant reçu au hasard soit le raltégravir, soit l’éfavirenz, tous deux en association avec un traitement de base avec le ténofovir/l’emtricitabine. L’analyse principale a été réalisée à la semaine 48 et l’analyse secondaire, à la semaine 96. Dans cette nouvelle analyse exploratoire prévue après 192 semaines, 76,2 % (n = 214/281) des patients ayant reçu le raltégravir, contre 67 % (n = 189/282) de ceux traités avec l’éfavirenz (intervalle de confiance (IC) à 95 %; 1,6 – 16,4), ont montré une concentration de l’ARN du VIH (« charge virale ») inférieure à 50 copies par mL, cequi constitue la cible du traitement. Le traitement contenant le raltégravir a également offert un effet immunologique supérieur, avec une hausse plus importante du nombre de cellules CD4 par rapport aux valeurs de départ (360,7 cellules/mm3 pour le raltégravir contre 300,9 cellules/mm3 pour l’éfavirenz [IC à 95 %; 24,1 – 95,4]). Les cellules CD4 sont un sous-groupe de globules blancs qui aident à combattre l’infection par le VIH.

Moins d’effets indésirables et d’abandons du médicament

La présence d’effets cliniques indésirables reliés au médicament a été constatée moins souvent avec le raltégravir qu’avec l’éfavirenz (50 % contre 80 %; p < 0,001). Le raltégravir était généralement bien toléré, avec un taux d’abandon en raison d’effets cliniques indésirables moins élevé qu’avec l’éfavirenz (5 % pour le raltégravir contre 8 % pour l’éfavirenz). À la semaine 192, l’effet sur les taux lipidiques à jeun était également moins marqué avec le raltégravir.

30e anniversaire du VIH/sida

« Lorsque l’épidémie de VIH/sida a débuté il y a 30 ans, le virus du VIH signait un verdict de mort. Puis la trithérapie a fait son apparition, mais les premiers médicaments étaient associés à des effets secondaires pénibles », souligne Dr Réjean Thomas, Président fondateur de la clinique médicale L’Actuel et fondateur de Médecins du Monde au Québec. « Aujourd’hui, le paradigme thérapeutique a évolué vers le traitement à vie et nos priorités visent à gérer le développement potentiel d’autres maladies chroniques. Dans ce contexte, il est important de noter que raltégravir a peu d’effet sur les reins, le foie, la glycémie et le cholestérol. »

On estime que 65 000 Canadiens étaient infectés par le VIH à la fin de 20081 et que des complications autres que celles reliées au sida deviennent de plus en plus une cause importante de morbidité et de mortalité dans cette population2.

En 2009, l’Ontario représentait 41,9 % de tous les cas de dépistage positifs pour le VIH signalés à l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC), suivi du Québec (21,4 %), de la Colombie-Britannique (14,0 %), de l’Alberta (9,1 %) et de la Saskatchewan (8,2 %).

Les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HARSH), qui comptaient pour plus de 80 % des cas d’infection par le VIH en 1985, ne représentaient plus que 41,8 % des cas en 20094. Quant aux femmes, elles comptaient pour 25 % des diagnostics attribués au VIH entre 2002 et 2008 en Ontario, comparativement à 3 % avant 20015. Par ailleurs, les Autochtones continuent d’être surreprésentés parmi les victimes de l’épidémie de VIH/sida au Canada et forment une proportion croissante des nouveaux cas d’infection par le VIH, la prévalence ayant augmenté de 24 % entre 2005 et 20086.

À propos d’ISENTRESS®

ISENTRESS® (raltégravir) est le seul inhibiteur de l’intégrase approuvé au Canada. En bloquant l’action de l’enzyme intégrase, le raltégravir limite la capacité du virus à se répliquer et à infecter de nouvelles cellules.

Le raltégravir est indiqué en association avec d’autres antirétroviraux pour le traitement de l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1) chez les patients adultes. Cette indication repose sur les données démontrant l’efficacité d’ISENTRESS® selon l’analyse à 96 semaines de trois études contrôlées en cours, menées à double insu et avec répartition au hasard. Deux de ces études, BENCHMRK 1 et BENCHMRK 2, ont été réalisées chez des adultes infectés par le VIH-1 ayant déjà été traités avec des antirétroviraux, alors que l’autre étude, STARTMRK, a été menée chez des adultes n’ayant jamais été traités7.

Le raltégravir est offert au Canada depuis novembre 2007 pour le traitement des patients ayant déjà reçu un traitement antirétroviral, et depuis octobre 2009 pour les adultes amorçant pour la première fois un traitement anti-VIH.

À propos de Merck

La société Merck d’aujourd’hui est un chef de file mondial dans le domaine des soins de santé qui œuvre au bien-être du monde. Merck est connue sous le nom de MSD à l’extérieur des États-Unis et du Canada. Grâce à nos médicaments, vaccins, traitements biologiques, produits de santé grand public et de santé animale, nous collaborons avec nos clients et œuvrons dans plus de 140 pays à procurer des solutions de santé novatrices. Nous démontrons également notre détermination à améliorer l’accès aux soins de santé grâce à des politiques, programmes et partenariats d’envergure. Pour de plus amples renseignements à propos de nos activités au Canada, visitez le site www.merck.ca.

Déclarations prospectives

Ce communiqué de presse contient des « déclarations prospectives » (forward looking statements), au sens des dispositions libératoires de la Private Securities Litigation Reform Act de 1995 des États-Unis. Ces déclarations peuvent comprendre, entre autres, des déclarations sur les avantages de la fusion entre Merck et Schering-Plough, dont notamment les résultats financiers et d’exploitation futurs et les projets, objectifs, attentes et intentions de l’entreprise combinée, ainsi que d’autres considérations ne constituant pas des faits historiques. Ces déclarations sont fondées sur les convictions et les prévisions actuelles de la direction de Merck et sont soumises à de nombreux risques et incertitudes. Les résultats réels peuvent différer de ceux que décrivent les déclarations prospectives. Les facteurs suivants, entre autres, pourraient entraîner un écart entre les résultats réels et les déclarations prospectives : la possibilité de voir les synergies attendues de la fusion entre Merck et Schering-Plough ne pas se concrétiser du tout ou au cours de la période espérée; les effets de la réglementation de l’industrie pharmaceutique ou des lois concernant les soins de la santé; le risque d’une intégration décevante des deux entreprises; une interruption de la fusion ayant pour effet de rendre difficile la poursuite de relations commerciales ou opérationnelles; la capacité de Merck à prédire précisément les conditions de marché futures; la dépendance à l’égard de l’efficacité des brevets de Merck et des autres protections relatives aux produits innovants; le risque lié à l’évolution de la réglementation et des politiques de santé aux États-Unis et dans le monde, ainsi que le risque de faire l’objet d’actions judiciaires ou de mesures réglementaires. Merck ne s’engage aucunement à publier des mises à jour de ses déclarations prospectives à la suite de nouvelles informations, d’événements futurs ou de quelque fait que ce soit. D’autres facteurs susceptibles d’entraîner une différence notable entre les résultats réels et les résultats décrits dans les déclarations prospectives sont énoncés dans le rapport annuel 2009 de Merck établi sur le formulaire 10-K et sur les autres documents déposés par la société auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis et accessibles sur le site Internet de cette dernière (www.sec.gov).

ISENTRESS® est une marque déposée de Merck Sharp & Dohme Corp., filiale de Merck & Co., Inc., utilisée sous licence.


About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.

Leave a comment