Les ravages des thérapies contre l’homosexualité


La chaîne américaine CNN diffuse un documentaire relatant les pratiques du Docteur George Rekers censées rendre les petits garçons plus masculins afin d’éviter qu’ils ne deviennent gay.

L’année dernière, George Rekers était épinglé pour être parti en vacances en compagnie d’une escorte masculine alors qu’il avait, durant trois décennies, proposé ses méthodes totalement scandaleuses pour combattre l’homosexualité et incarné le visage le plus radical du militantisme anti-gay.

Dans un livre paru en 2009, il vantait même les vertus de ses activités thérapeutiques en citant le cas de Kirk Murphy, un homme qui s’était pourtant suicidé six ans auparavant.

Kaytee, la mère de ce dernier, raconte, dans le documentaire intitulé The Sissy Boy Experiment, qu’en 1970, inquiétée par le fait que son petit garçon joue avec des jouets pour filles, elle a fait appel à ce psychologue qui proposait ses services dans des publicités diffusées à la télévision.

La «thérapie», reposant sur une logique d’aversion, visait à priver le jeune Kirk de l’attention maternelle lorsque celui-ci se tournait vers de jeux ne correspondant pas à son genre.

La «thérapie» visait à priver le jeune Kirk de l'attention maternelle lorsque celui-ci se tournait vers de jeux ne correspondant pas à son genre.

Le médecin préconisait également des châtiments corporels quand il agissait de manière efféminée. Des formes de maltraitance insupportables, sous couvert d’un programme de l’UCLA (University of California, Los Angeles) soutenu par l’Etat, qui peuvent contribuer à expliquer pourquoi ce dernier s’est ôté la vie à l’âge de 38 ans.

Rekers réfute quant à lui un quelconque lien entre ce suicide et son intervention.

Le documentaire révèle également les actes chirurgicaux pratiqués sur des enfants intersexués qui ont induits de graves malformations, comme des développements anormaux du clitoris constatés chez des enfants de deux ans qui n’ont par la suite jamais pu avoir de vie sexuelle satisfaisante.

Leave a comment