Un gène de la transsexualité identifié? 2


Des chercheurs australiens ont identifié un lien significatif entre un gène impliqué dans la réaction à la testostérone et le transsexualisme homme vers femme.

Des analyses d’ADN de 112 femmes transsexuelles bénévoles ont démontré qu’elles étaient plus susceptibles d’avoir une version plus longue du gène du récepteur aux androgènes. La différence génétique peut ainsi provoquer une réception des signaux de la testostérone plus faible a rapporté l’équipe de recherche dans le Biological Psychiatry.

“Toutefois, d’autres gènes sont également susceptibles de jouer un rôle, ont-ils souligné. De plus en plus, les facteurs biologiques sont impliqués dans l’identité de genre.”

“Il ya une stigmatisation sociale envers les personnes transsexuelles. Nombreux sont ceux qui affirment que le transsexualisme est tout simplement un choix de vie, mais nos résultats confirment une base biologique de la façon dont se développe l’identité de genre”, rajoute  le professeur Vincent Harley.

Une étude antérieure avait d’ailleurs démontré que certaines structures du cerveau chez les femmes transsexuelles sont plus “féminins”.

Mais dans l’étude présentée ici, les chercheurs ont examiné les différences potentielles dans trois gènes connus pour être impliqués dans le développement du sexe – codant pour le récepteur des androgènes, le récepteur des oestrogènes et un enzyme qui transforme la testostérone en oestrogène.

La comparaison de l’ADN de ces participantes transsexuelles avec 258 personnes contrôles ont montré un lien significatif avec une version longue du gène du récepteur d’androgènes et le transsexualisme.


La testostérone

Il est connu que plus les versions du gène du récepteur des androgènes sont longues et moins la réception du signal chimique de la testostérone est bien reçue.  Cette action réduite de l’hormone sexuelle mâle peut avoir un effet sur le développement entre les sexes dans l’utérus, estiment les chercheurs.

La comparaison de l'ADN de ces participantes transsexuelles avec 258 personnes contrôles ont montré un lien significatif avec une version longue du gène du récepteur d'androgènes et le transsexualisme.

“Nous pensons que ces différences génétiques pourraient réduire l’action de la testostérone et leur vertu de masculiniser le cerveau pendant le développement fœtal», a déclaré le chercheur Lauren Hare du Prince Henry’s Institute of Medical Research.

Co-auteur de cette recherche, le Professeur Vincent Harley a ajouté: «Il ya une stigmatisation sociale que le transsexualisme est tout simplement un choix de vie, mais nos résultats confirment une base biologique de la façon dont se développe l’identité de genre.”

Bien que ce soit la plus vaste étude génétique du transsexualisme à ce jour, les chercheurs envisagent maintenant de voir si les résultats peuvent être reproduits au sein d’une population plus large.

Terry Reed du Gender Identity Research and Education Society a déclaré qu’elle était convaincue d’une base biologique à la transsexualité. «Cette étude semble renforcer les études antérieures qui ont démontré que, chez certaines personnes transsexuelles, il y a peut être un déclencheur génétique au développement d’une identité de genre atypique, affirme-t-elle. Cependant, il y peut-être plusieurs source à la transsexualité. Et bien qu’il semble très probable qu’un élément biologique sera toujours présent dans l’étiologie du transsexualisme, il est peu probable que les voies de développement seront les mêmes chez tous les individus.”


About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.


Leave a comment

2 thoughts on “Un gène de la transsexualité identifié?