Élections 2011: LGBT, votons contre Harper!


Les jeux sont faits! Après des semaines de spéculations et de tiraillements, le couperet est finalement tombé sur le gouvernement de Stephen Harper. Ce gouvernement visiblement usé et éclaboussé par plusieurs scandales n’avait plus la légitimité pour gouverner. C’est maintenant sur le terrain électoral que les partis d’opposition et le gouvernement sortant tenteront de régler leurs comptes. 38 jours de campagne électorale qui seront déterminants à la fois pour les conservateurs, qui vont tenter finalement d’avoir une majorité, mais aussi les libéraux de Michael Ignatieff, qui partent déjà avec un recul de presque 10 points dans les intentions de vote. Mais au-delà des sondages, le vrai sondage est l’élection en tant que tel, beaucoup de choses peuvent se passer en 38 jours.

Just visiting

Le parti qui est le plus susceptible de remplacer les conservateurs est le Parti libéral. Depuis la descente aux enfers du scandale des commandites, le parti essaie tant bien que mal de se reconstruire et rebâtir sa crédibilité. Mis à part les récents scandales du passé, le Parti libéral à déjà fait ses preuves comme gouvernement. Le problème présent des libéraux ne sont pas leur programme mais plutôt le leadership de Michael Ignatieff. En fait, le parti traîne ce problème depuis le départ de Jean Chrétien, Paul Martin et Stéphane Dion n’ont pas su non plus s’imposer à long terme. La population canadienne semble avoir de la difficulté à connecter avec M. Ignatieff, on n’arrête pas de le caricaturer à tort ou à raison comme un intellectuel distant et froid qui ne fait “que visiter” (“Just visiting” comme le dit une publicité des conservateurs contre lui). Tout est une question de perception, M. Ignatieff possède quand même beaucoup de qualités.

Michael Ignatieff (Source: Wikipedia)

Diplômé de Oxford et de Harvard notamment, il fut aussi historien, auteur, professeur d’université et diplomate avant de se lancer en politique fédérale. La campagne électorale sera une occasion en or pour celui-ci de faire taire ses détracteurs et montrer que son parti représente la véritable alternative de gouvernement aux conservateurs.

Le Bloc, une valeur sûre

Au Québec, le problème ne se pose pas vraiment. Qu’on critique ou non sa raison d’être, il reste que le Bloc québécois constitue jusqu’à maintenant une bonne police d’assurance mais il a du s’adapter avec le temps. Tout en restant un parti souverainiste, le Bloc a su très habilement s’adapter aux circonstances en disant que le souveraineté ne se décidera pas à Ottawa mais qu’on peut leur faire confiance en tant que meilleur parti pour représenter les intérêts du Québec à Ottawa. Avec cette approche, le Bloc a pu remporter des solides majorités depuis quelques années par sa capacité de rallier sa base mais aussi une partie du vote fédéraliste. 2011 ne devrait pas être tellement différente des autres années. Il reste à savoir maintenant qui va récupérer les miettes. Libéraux et conservateurs vont sans doute se faire une lutte à finir pour certains comtés de Montréal et de Québec. Les conservateurs ont beaucoup à perdre à Québec de part leur refus d’investir dans le projet de nouveau Colisée. Est-ce que ce grogne va se réfléter dans les intentions de vote? Si oui, qui va en profiter le plus, le Bloc ou les libéraux? Est-ce que le NPD va finalement faire une percée? À suivre…

Gilles Duceppe (Source: Wikipedia)

Une coalition?

Cette idée est évoquée depuis un certain temps. En 2008, le projet de Stéphane Dion associé avec le NPD de Jack Layton et appuyé par le Bloc québécois fut presque mis à exécution. Mais, lorsque M. Dion a démissionné, le projet a finalement été relégué aux oubliettes. Vu la position encore précaire des libéraux et la fragilité de l’appui aux conservateurs, les nouveaux acteurs en cause ne font plus nécessairement une croix sur cette option. Serait-ce une bonne chose? Peut-être… Le gouvernement britannique actuel, maison mère de notre système parlementaire, est présentement dirigé par un gouvernement de coalition et les choses semblent bien se passer jusqu’à maintenant. Les conservateurs n’arrêtent pas de dénoncer la possibilité de mariage entre les “socialistes” et les “séparatistes” or c’est M. Harper lui-même qui avait effleuré cette possibilité lorsque Paul Martin avait un gouvernement minoritaire en 2004. La mémoire est une faculté qui oublie… quand ça fait notre affaire!

Jack Layton (Source: Wikipedia)

Bilan du gouvernement dans les dossiers LGBT

Les conservateurs ont un très mauvais bilan en terme de dossiers LGBT. Faut-il rappeler l’origine même de ce parti, dont la base militante de droite, chrétienne et évangéliste provient de l’ancien Reform Party (devenu ensuite Alliance canadienne). L’ensemble du parti s’est toujours montré hostile aux droits des personnes LGBT.

Quand le Parlement canadian a voulu légiférer contre le congédiement arbitraire d’un employé basé sur son orientation sexuelle et la question des crimes haineux, M. Harper avait personnellement voté contre. C’est sous un gouvernement conservateur (2007 et 2008) que la proportion de crimes haineux liés à l’orientation sexuelle a plus que doublée. En 2008, plus de 75% des crimes haineux basés sur l’orientation sexuelle étaient des crimes violents. Quand le projet de loi C-38 sur le mariage gai fut approuvé par la Chambre des Communes en 2005, 93 députés conservateurs (incluant M. Harper) ont voté contre (seulement 3 pour et 2 abstentions). Ces dernières années, ayant perdu la bataille sur le mariage, les conservateurs ont pris leur revanche en coupant le financement de plusieurs événements LGBT à travers le pays (notamment DiversCité et le Pride de Toronto).

Parmi les autres aspects sombres du bilan conservateur en terme de droits LGBT, citons notamment le retrait de la mention des acquis juridiques LGBT dans le document Découvrir le Canada – Les droits et responsabilités à la citoyenneté (édition 2010) remis aux nouveaux immigrants, une plus grande restriction de l’immigration LGBT et aussi la nomination de Gérard Latulippe (ouvertement pour la peine de mort et contre les droits des LGBT) a la tête de l’organisme Droits et Démocratie. Après des avancées importantes ces dernières années, les personnes trans seraient des victimes de choix pour un gouvernement conservateur majoritaire. Rappelons qu’on leur a retiré le droit de poursuivre leur processus de réassignation de sexe en cas d’incarcération. Le gouvernement a aussi voté contre le projet de loi C-386 visant l’inclusion de l’identité de genre comme motif de discrimination dans la Charte canadienne des droits et libertés.

Stephen Harper (Source: Wikipedia)

Majorité conservatrice: le pire danger de notre communauté

Les conservateurs sont prisonniers de leur bilan mais une bonne portion du reste du Canada semble aimer les conservateurs, malgré leurs positions de droite, les scandales d’anciens conseillers et les questions d’outrage au Parlement. De plus en plus de gens pensent que les conservateurs sont aux portes d’une majorité, tout va se jouer en Ontario. Ceci à de quoi faire peur pour nos acquis! Ces “républicains du Nord” ne représentent en rien nos valeurs. Si jamais un gouvernement conservateur majoritaire était élu, tout le débât sur le mariage de conjoints de même sexe et tous les “avantages” accordés aux personnes LGBT pourraient refaire surface. D’autres débats controversés pourraient aussi renaître comme le droit à l’avortement et la peine de mort. Le cynisme de la population et la faiblesse de l’opposition sont pour l’instant les plus grands amis des conservateurs.

Les conservateurs vont vouloir centrer leur programme sur l’économie (préoccupation majeure de l’ensemble des Canadiens présentement). Il faudra attaquer les conservateurs sur leurs faiblesses et prétendues forces. Les autres partis doivent détruire cette idée que les conservateurs sont des meilleurs gestionnaires de l’État et de l’économie en général car c’est faux. L’odeur de scandales et  le manque d’éthique gouvernemental doivent être dénoncés quand l’occasion se présentera. J’ose espérer que l’opposition saura renverser la vapeur et exposera finalement M. Harper et son gouvernement pour ce qu’il est: un gouvernement corrompu et incompétant qui protège mal ses citoyens et qui a détruit la réputation du Canada à l’étranger.

Allons voter nombreux le 2 mai et débarrassons nous finalement de M. Harper!

Sources complémentaires:

Hugo de Grandpré, “Les Canadiens iront aux urnes le 2 mai”, La Presse, 26 mars 2011 (http://www.cyberpresse.ca/actualites/elections-federales/201103/26/01-4383421-les-canadiens-iront-aux-urnes-le-2-mai.php).

Égale Canada, “Trans isssues, LGBT rights and violence protection key issues in 2011 election” (http://www.egale.ca/index.asp?lang=F&menu=95&item=1462&version=EN).

Coalition “Pas de démocratie sans voix” (http://www.pasdedemocratiesansvoix.qc.ca/).

“Michael Ignatieff”, Wikipedia (http://en.wikipedia.org/wiki/Michael_Ignatieff).

“Stephen Harper”, Wikipedia (http://en.wikipedia.org/wiki/Stephen_Harper).

“Gilles Duceppe”, Wikipedia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Gilles_Duceppe).

“Jack Layton”, Wikipedia (http://en.wikipedia.org/wiki/Jack_Layton).


About Sébastien St-Onge

Titulaire de 4 diplômes universitaires, notamment un baccalauréat en histoire de l’UQTR, Sébastien est bénévole avec AlterHéros depuis 2003. Il a été membre du CA en 2005‐2006 et 2009-2010 en plus d'être bénévole de l’équipe de rédaction de 2003 à 2006 et de 2008 à aujourd’hui. Il a aussi été impliqué dans l’organisme Jeunesse Lambda entre 2002 et 2005.

Leave a comment