Money for nothing de Dire Straits jugée homophobe par le CCNR : une grave erreur de jugement estime le CQGL


MONTRÉAL – Le lundi 24 janvier 2010 – Le Conseil québécois des gais et lesbiennes (CQGL) estime que le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) a erré dans son jugement faisant de la chanson Money for nothing du groupe Dire Straits une pièce à caractère homophobe et appuie les stations de radio rock canadiennes qui ont diffusé en continu cette chanson durant une heure afin de protester contre cette décision digne de l’inquisition.

Dans son jugement daté du jeudi 13 janvier dernier, le CCNR a expliqué que cette chanson datant de 1985 contenait un mot qui faisait référence à l’orientation sexuelle de façon désobligeante, enfreignant ainsi les dispositions sur les droits de la personne. « À l’instar d’autres mots qui s’articulent autour de la race dans la langue anglaise, « faggot » est un mot qui, même s’il était entièrement ou marginalement acceptable à une époque précédente, ne l’est plus. », a statué l’organisme.

Pour le président-directeur du CQGL, M. Steve Foster, cette décision va trop loin et dénote un grave manque de jugement. « Nous avons toujours dénoncé l’utilisation de termes péjoratifs envers les personnes et communautés LGBT qu’il s’agisse du mot fif, tapette, ou cette fois ci du terme anglais faggot, lorsqu’ils sont utilisés pour dénigrer une personne ou un groupe d’individus. Mais cela ne veut absolument pas dire que nous cherchons à mettre au bucher toutes les œuvres artistiques qui contiennent ces mots. Il y a des contextes et des situations, dans des chansons, des livres ou des téléromans, par exemple où l’emploi de ces termes est compréhensible, ce qui est le cas ici », affirme-t-il.

En effet, la chanson de Dire Straits se veut une satire représentant deux déménageurs, insatisfaits de leurs conditions de vie, tirant à boulets rouges contre ces gens que l’on peut voir à la chaîne MTV qui profiteraient de tous les plaisirs de la vie sans avoir à travailler, y compris « ces tapettes millionnaires capables de se payer un jet privé » (traduction libre).

Pour le CQGL, ce jugement est encore plus incroyable lorsqu’il est mis en parallèle avec celui que le CCNR a livré en décembre dernier où il rejetait notre plainte envers les animateurs Claude Mailhot et Alain Goldberg qui avaient tenu des propos bien plus graves en attaquant le patineur Johnny Weir en raison de sa non-conformité aux stéréotypes de masculinité et de féminité. Ils s’étaient indignés de voir l’athlète porter du maquillage et avaient ridiculisé sa tenue vestimentaire. Ils suggéraient également que Monsieur Weir devrait passer des tests de féminité et se voir exclu des compétitions masculines. Ils ajoutaient enfin que le patineur était un très mauvais exemple pour ses jeunes collègues.

« Avec ces deux poids, deux mesures et ces jugements diamétralement opposés, le CCNR envoie un bien mauvais message aux médias et à la population en général : vous pouvez dégrader quelqu’un et le traiter en paria, tant que vous n’utilisez pas des mots « interdit » comme fif, tapette ou faggot, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. C’est déplorable car avec ces jugements, le CCNR se trompe de cible et ne reflète pas l’essence de nos revendications pour l’atteinte d’une égalité sociale », souligne M. Foster.

– 30 –

Pour plus d’information ou entrevue :
Julie-Maude Beauchesne, directrice des communications
www.cqgl.ca – 514-759-6844


Avatar photo

About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.