Je suis cis. Mais qu’est-ce que c’est au juste? 5


Qu’est-ce que ça veut dire, “cis” ? Qu’est-ce que le cissexisme ?

Si je vous dis que je suis cis… vous vous demandez sûrement ce que ça veut dire? Je vais vous aider. Être cis est le fait que son assignation de genre à la naissance CORRESPOND à son identité de genre. Les femmes cis (comme moi!) sont donc celles qui sont assignées fille à la naissance, tout en ayant une identité de femme et les hommes cis sont ceux qui sont assignés garçons à la naissance en tout en ayant une identité d’homme.

En fait, le mot « cis » signifie «du même côté» en latin. Il est donc l’opposé du préfixe «trans», qui signifie «passage de l’autre côté» et que l’on retrouve, par exemple dans transgenre. Donc le terme cis est un terme qui a été développé pour qualifier l’opposition à trans, dans le même ordre d’idée qu’hétérosexuel(le) l’a été pour homosexuel(le).

Pourquoi est-ce que l’on n’entend jamais ce mot? Pour la même raison qu’on entend beaucoup moins le mot «hétérosexualité» qu’«homosexualité» ou «bisexualité»!

Qu’est-ce que le cissexisme?

Mais revenons au fait d’être cis… Comme je vous ai expliqué, les personnes cis éprouvent le navrant besoin (conscient ou non) de se différencier. Pour cela, en tant que majorité numérique de la société, elles ont créé des croyances qu’on appelle le cissexisme. Vous connaissez l’hétérosexisme? C’est cette croyance que l’hétérosexualité est une orientation sexuelle supérieure, ou la seule qui serait normale, face aux autres orientations qui seraient inférieures, ou anormales. Le cissexisme est un autre type de sexisme : il est la croyance que le fait d’être une femme cis ou un homme cis est une identité de genre supérieure.

Les sections suivantes vont vous montrer ce que cette croyance qu’est le cissexisme créé : des catégories rigides de qui devrait s’appeler « femme » ou « homme », de la discrimination semblable à celle que vivent les personnes attirés par leur propre sexe. Bref, une discrimination allant dans le même ordre d’idées que l’homophobie et le sexisme, quoi!

Les personnes cis ont une orientation sexuelle, les personnes trans aussi!
Le cissexisme nous amène à mélanger « orientation sexuelle », qui est le fait d’avoir la capacité d’être attiré-e par une personne d’un genre en particulier (ou pas!) et « identité de genre » qui est le fait de s’identifier comme homme, femme, personne non-binaire, agenre…

Prenons mon cas : je suis lesbienne et je suis une femme cis. Je serai insultée si on me disait que mon orientation sexuelle venait affecter mon identité de genre ! Autrement dit, que je devais m’identifier comme homme ! Pourtant c’est qu’on fait aux personnes trans quand on suppose qu’elles sont toutes hétérosexuelles. On rend ainsi invisibles les personnes trans qui ne sont pas hétéro.

Certains reliront mes deux précédentes phrases en faisant : « ben voyons, elle s’est trompée! Elle parle d’un homme trans gai ou d’une femme trans lesbienne, quéssé ça? Ça n’a pas de sens! Si j’étais un homme trans, je baiserais des filles, c’est évident! » Ou encore « Mettons que j’étais une femme transsexuelle, ben je coucherais avec un gars! » En finissant par : « parce que tant qu’à changer de sexe, il faut que ça en vaille la peine! » ou encore, « Si tu changes de sexe, c’est pour être hétéro! »

Mais pourquoi est-ce que les personnes trans n’auraient pas une orientation sexuelle qui peut être variée comme les personnes cis ? En tant que personnes cis gaies, lesbiennes ou bisexuel(le)s, nous devrions être outré(e)s par tant d’hétérosexisme! Comme si la seule sexualité qui « en vaille la peine » serait la sexualité hétérosexuelle…

Pour moi, en tant que lesbienne, je suis attirée par toutes les femmes, peu importe leur sexe assigné à la naissance et il devrait en être ainsi de toutes les lesbiennes, puisque la définition même du mot est une attirance pour les femmes.

Tout comme c’est insultant de dire à une personne cis que son identité de genre se réduit à ses organes génitaux, il est réducteur de dire à une personne trans que son entière transition (hormonale, psychologique, sociale, …) doit se réduire à une « opération de changement de sexe » (chirurgie d’affirmation de genre).

Être trans, un choix ?
Mais on me dira encore : « oui, mais être trans, c’est pas le même combat que les personnes lesbiennes, gaies et bisexuelles (LGB), c’est leur choix d’être trans! » Est-ce que ce discours vous rappelle quelque chose? On a longtemps dit, et malheureusement, on dit encore, exactement les mêmes propos à l’endroit des personnes LGB…

À propos de l’idée que l’homosexualité est un choix, trouvez-moi une personne qui n’a jamais entendu ça et je me prosterne devant elle sur-le-champ! Et trouvez-moi une personne LGB que ça n’énerve pas et là je l’invite à souper! Si ça nous énerve tant que ça, pourquoi accepter ça à l’endroit des personnes trans?

Dans les années 1970, les gais, les personnes LGB ne s’alliaient que peu, ou pas du tout. Depuis qu’il y a plus de groupes mixtes, les causes ont mieux avancé. Il est temps pour nous, personnes cis, de s’allier davantage avec les personnes trans, comme il est aussi temps de s’allier avec les personnes intersexuées et queer! Parce que nous vivons toutes et tous la même discrimination: l’hétérocissexisme. Il est temps d’écouter, de lire, de réfléchir à nous biais et préjugés pour les déconstruire, de laisser la place et de défendre les droits des personnes trans, queer et intersexe – elles étaient là pour nous dès le début !

Le cissexisme n’a pas de pitié pour les savants!
Eh, malheureusement, le cissexisme n’épargne pas les personnes avec des gros diplômes! Imaginez… il existe des scientifiques dans les sciences humaines qui croient que si notre société était moins sexiste, il y aurait moins de personnes trans. Que j’ai honte d’étudier en psychologie quand j’entends tant d’ignorance et surtout tant de manque d’empathie! Tout bon chercheur ou toute bonne chercheuse doit connaître son objet d’étude avant de se prononcer et, s’il ou elle travaille avec des êtres vivants, fait preuve d’un minimum d’empathie pour bien comprendre la perspective de la personne étudiée.

Si ces chercheurs et chercheuses avaient fait cela auprès des personnes trans, ils et elles auraient retiré leurs paroles! Ils et elles auraient compris que les personnes trans, parfois, ont tout fait pour ne pas l’être. Elles ont essayé d’être des « gars féminins » ou des « filles masculines », mais l’identité de genre ne change pas. En tant que féministe, je sais que notre société se porterait bien mieux avec moins de sexisme… mais est-ce qu’on peut célébrer l’existence des personnes trans au lieu de trouver des moyens de les éliminer ?

La solution?
En terminant, si vous vous êtes senti coupable en lisant ce texte, sachez que vous n’êtes pas seul(e) ! Avant de rencontrer des personnes trans qui ont eu la patience et l’énergie de m’apprendre tout ça, j’étais aussi imprégnée de cissexisme que vous. C’est dur de nager à contre-courant de tout ce que la société nous a toujours appris!

Vous voulez un remède? Allez lire et écouter des personnes trans ! Que ce soit sur le web, sur les médias sociaux, à la bibliothèque, dans les organismes LGBTQ+ de votre quartier, lors de performances artistiques ou autres… vous connaîtrez mieux les réalités trans et serez une meilleure personne alliée.

Référence – La majorité des définitions et concepts utilisés dans cet article sont tirés de cet ouvrage incontournable: Serano, Julia. (2007). Whipping girl: a transexual woman on sexism and the scapegoating of feminity. Berkeley, CA: Seal Press. Je la recommande, c’est sans conteste le meilleur ouvrage féministe que j’ai lu et c’est une bonne source d’information sur les réalités trans, écrite en langage accessible!

Plus d’infos: http://www.juliaserano.com


About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.


Leave a comment

5 thoughts on “Je suis cis. Mais qu’est-ce que c’est au juste?