Fête arc-en-ciel de Québec: mesurer le chemin parcouru


Le drapeau arc-en-ciel de la communauté gaie a été hissé au mât de l’hôtel de ville de Québec, hier matin, signe que la Fête arc-en-ciel est commencée. Le thème abordé cette année? L’évolution historique des droits des personnes gaies, lesbiennes, bisexuelles et transsexuelles.

«Ç’a beaucoup évolué et il faut en être fier», a fait savoir Olivier Poulin, le coordonnateur de l’événement, rappelant une date importante comme celle du 11 décembre 1977, lorsque l’interdiction de la discrimination basée sur l’orientation sexuelle est entrée en vigueur au Québec.

«Mais malgré ces droits, il y a encore beaucoup de discrimination, notamment dans les écoles et les vestiaires. On ne peut pas dire qu’on a la paix en tout lieu et en tout temps», a-t-il ajouté, invitant les gens à ne pas oublier les oppressions passées.

Jusqu’à demain, le festival gai de Québec affichera donc plusieurs tableaux historiques. Ils retraceront «la formidable transformation des moeurs québécoises sur la question de l’homosexualité, des Amérindiens à aujourd’hui», a spécifié Olivier Poulin.

Affichés aujourd’hui sur la clôture du cimetière St. Matthew, rue Saint-Jean, les panneaux seront déménagés à la place D’Youville demain, pour le brunch de 11h30.

L’homophobie à l’école
Présente lors de la levée du drapeau, la députée de Taschereau, la péquiste Agnès Maltais, a aussi insisté sur l’importance d’intervenir tôt pour vaincre l’homophobie.

«Tout se joue dès l’enfance, dans les cours d’école. Notre combat sera terminé seulement quand le cri "maudit fif" ne sera plus entendu», a-t-elle lancé, en référence au livre de Jasmin Roy. Lancé en avril, Osti de fif dénonce le harcèlement dont les homosexuels peuvent être victimes à l’école.

Mme Maltais voit donc d’un très bon oeil la réintroduction à l’école des cours de formation personnelle et sociale, abandonnés en 2001, afin de sensibiliser les jeunes à la diversité sexuelle.

«Il faut parler de morale et d’ouverture à la différence dans les écoles. Si ça doit être par l’éducation sexuelle, tant mieux. Mais peu importe le moyen, il faut un endroit pour en parler.»

C’est pourquoi la députée compte demander au nouveau ministre de la Justice du Québec, Jean-Marc Fournier, d’adopter les mesures nécessaires à la réalisation des objectifs de la première Politique québécoise de la lutte contre l’homophobie, rendue publique le 11 décembre 2009.

«Il entendra parler de moi avec finesse et diplomatie. Parce qu’une politique sans plan d’action est un voeu pieux», a-t-elle conclu.

Pour consulter la programmation complète de la Fête arc-en-ciel, visitez le www.glbtquebec.org/fete_aec.html


Avatar photo

About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.