6e Gala Arc-en-Ciel: la diversité à l'honneur


Lundi le 19 octobre en soirée se tenait au Cabaret Le Lion d’Or, le 6e Gala Arc-en-Ciel. En tant que partenaire médiatique officiel de l’événement, AlterHéros a pu être aux premières loges de ce gala varié et riche en bons moments.

Honorer l’unité dans la différence

Les milieux syndicaux, ruraux, journalistiques et jeunesses pouvaient se réjouir en cette soirée car plusieurs de leurs membres furent honorés. Malgré leurs différences, ils sont tous unis par une cause commune : faire reculer les préjugés et l’homophobie et rendre la diversité sexuelle acceptable partout. Pour commeProjet 10 (Source: Julie-Maude Beauchesne)ncer le gala, les 3 grandes centrales syndicales québécoises, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) se sont vu décerné le Prix spécial du jury pour leur travail de démystification de la diversité sexuelle en milieu de travail. Le magazine Fugues a été honoré en tant que Partenaire par excellence du gala. L’organisme Projet 10 a été récompensé en tant que groupe par excellence. Au cœur des familles agricoles, réseau d’entraide à l’intention des communautés rurales a été récompensé par le prix Projet par excellence pour ses initiatives visant à briser l’isolement et rassembler les communautés LGBT en milieu rural.

Discours de l’abbé Gravel

Un des moments les plus forts du gala fut sûrement le discours courageux de l’abbé Raymond Gravel. Vu comme rebelle au sein de la hiérarchie catholique, M. Gravel n’a pas hésité à dénoncer les « idées de droite » et l’immobilisme du « haut-clergé de Rome » vis-à-vis des questions sociales comme la diversité sexuelle. Il a aussi dénoncé le fait que ses adversaires ou les médias aient voulu se servir de son passé trouble pour essayer de discréditer son message. Sous peine d’avoir à renoncer à sa prêtrise sous les pressions incessantes de Rome, il a dû renoncer à son rôle de député à la Chambre des Communes.

La diaspora africaine à l’honneur

Alexis Musanganya (Source: Julie-Maude Beauchesne)Trop souvent, nous prenons pour acquis le fait que l’égalité sociale et juridique a été atteinte dans nos sociétés occidentales. Par contre, il reste que dans beaucoup de communautés culturelles, assumer pleinement son orientation sexuelle peut être difficile et dangereux. Ceux qui sont originaires d’Afrique vivent cette réalité au quotidien. L’organisme Arc-en-Ciel d’Afrique œuvre depuis plusieurs années pour changer cette donne. Sa principale mission est de lutter contre l’isolement des LGBT causé par l’homophobie encore présente dans les communautés afro-caribéennes en Amérique du Nord. Grace à son travail effectué avec ce groupe, Alexis Musanganya, président-fondateur du groupe, a reçu le prix de Bénévole par excellence.

Des pionniers reconnus

Bill Ryan, chercheur et professeur adjoint à l’École de Service social de l’Université McGill a reçu le prix de Personnalité par excellence. Ce prix vient souligner la contribution exceptionnelle de Bill à la vie communautaire des LGBT particulièrement au Québec, mais aussi ailleurs au Canada et en Europe. C’est un Bill Ryan ému qui est venu recevoir son prix devant un public appréciatif de l’ensemble de son œuvre.

M. Ryan oeuvre dans le milieu LGBT depuis le milieu des années 1980. On le reconnaît aussi comme étant le fondateur de l’organisme Projet 10. Il a travaillé au niveau local, provincial, fédéral et international sur les quesPaul Haince (Source: Julie-Maude Beauchesne)tions touchant à l’éducation sexuelle, la prévention et des politiques d’intervention. Il a été notamment consultant pour le ministère de la Santé et Services sociaux du Québec, Santé Canada, la federation internationale des travailleurs sociaux, ONU SIDA, le Christian Children’s Fund, l’UNICEF et la Société canadienne du SIDA. En plus de son travail à l’Université McGill, il a écrit de nombreux articles, chapîtres et livres en lien avec le traitement et la prévention du VIH, l’homophobie et l’éducation sexuelle.

Un autre grand pionnier de la communauté a aussi été honoré. M. Paul Haince, homme d’affaires bien en vue de la communauté et un des bâtisseurs du village gai a reçu le Prix hommage pour l’ensemble de son œuvre. Celui-ci fut notamment un des fondateurs du Club Max, club gai populaire durant les années 1980 et 1990. Il fut aussi cofondateur, de la défunte Association des commerçants et professionnels du Village (ACPV). On lui doit aussi le Festival des arts du Village (aujourd’hui le FIMA) qui fêta cette années son 10e anniversaire. Il s’est lui-même dit surpris d’avoir été choisi pour ce prix et il n’a pas manqué de le souligner d’une manière plutôt humoristique au gala.

Aussi, le public a eu la chance de choisir un gagnant pour le Prix Coup de cœur. C’est le président du GRIS-Montréal, M. Robert Pilon qui a été l’heureux élu en 2009. Celui-ci est venu donner un discours « coup de cœur » nous exposant son parcours personnel et communautaire.

Svend Robinson à l’honneur

Svend Robinson (Source: Julie-Maude Beauchesne)Moment attendu de la soirée, c’est Svend Robinson qui est venu conclure le Gala en quelque sorte avec le Grand prix du CQGL. Visiblement touché par cet honneur, M. Robinson a tenu à faire valoir, dans un long discours engagé, les gains de dernières années mais aussi notre position fragile face à un gouvernement plus conservateur. Il a aussi rendu hommage au Québec et à sa classe politique qu’il a appelé la « province la plus progressiste du Canada ». Maintenant très actif au niveau international dans la lutte contre le VIH, il a exposé aussi que la situation est loin d’être rose ailleurs dans le monde.
 


About Sébastien St-Onge

Titulaire de 4 diplômes universitaires, notamment un baccalauréat en histoire de l’UQTR, Sébastien est bénévole avec AlterHéros depuis 2003. Il a été membre du CA en 2005‐2006 et 2009-2010 en plus d'être bénévole de l’équipe de rédaction de 2003 à 2006 et de 2008 à aujourd’hui. Il a aussi été impliqué dans l’organisme Jeunesse Lambda entre 2002 et 2005.

Leave a comment