Rendez-vous national de la solidarité 2009: arrimer droits économiques et sociaux avec pauvreté


Cette rencontre, première étape de la consultation du ministère visera à alimenter le gouvernement dans l’élaboration de son deuxième plan d’action en matière de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

D’entrée de jeu, le CQGL juge primordial que ces échanges aient comme base les droits économiques et sociaux de chaque citoyenne et citoyen du Québec, incluant celles et ceux issus des communautés gaies, lesbiennes, transgenres et transsexuelles. Notre organisme considère que sans une réelle protection et promotion de ces droits, aucun plan d’action ne pourra contrer la pauvreté et ses effets pervers sur le développement social et économique des individus et du Québec.

À ce sujet, rappelons que la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) reconnaissait, dans son bilan « Après 25 ans : la Charte québécoise des droits et libertés », publié en 2003, que les droits économiques et sociaux étaient les parents pauvres de la Charte et qu’ils se devaient d’être renforcés. Six ans plus tard, et malgré un premier plan d’action gouvernemental pour contrer la pauvreté, force est de constater que ces droits sont encore et toujours, tout comme des milliers de personnes, aussi pauvres.

C’est pourquoi le Conseil est d’avis que le prochain plan d’action doit garantir, entre autre, à chaque personne, la jouissance du meilleur état de santé physique et mentale qu’elle puisse atteindre et offrir un niveau de vie décent comprenant nourriture et vêtements suffisants ainsi qu’un logement salubre, sécuritaire et adéquat. Ce plan devra aussi soutenir une sécurité sociale non conditionnelle et une éducation qui n’endette pas. Il devra permettre l’accès à la justice et un salaire minimum supérieur au seuil de pauvreté. Il devra enfin assurer une intégration pleine et entière de toutes les minorités, quelles soient culturelles, sexuelles ou autres dans toutes les sphères de la société.

Si en 1975, lors de l’adoption de la Charte des droits et libertés de la personne par l’Assemblée nationale, le ministre de la Justice libéral, Me Jérôme Choquette, soulignait déjà que les droits économiques et sociaux étaient davantage que l’expression d’une simple bonne volonté mais des principes et des valeurs auxquels les québécoises et québécois sont attachés, ce « Rendez-vous » se doit donc d’être l’occasion pour le gouvernement d’aujourd’hui de passer à l’action et d’actualiser cette pensée?


Avatar photo

About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.