Première condamnation pour meurtre par transmission du VIH: un échec de santé public?


Et ce, dans le silence total des autorités de santé publique et sans qu’aucune réflexion collective n’ait encore été menée sur le sujet.

Lorsque l’on sait que la majorité des cas de transmission du VIH surviennent alors que les personnes infectées ignorent leur statut sérologique, l’accès au dépistage constitue une priorité en matière de prévention du VIH. Or, la criminalisation du VIH nuit aux efforts de prévention en dissuadant les individus de se faire dépister, par crainte de poursuites criminelles.

L’augmentation constante, d’année en année, des nouveaux cas de transmission du VIH nous conduit à nous interroger sur les efforts de prévention déployés par les autorités de santé publique. La population se sent-elle concernée par la prévention du VIH ? Les efforts de prévention et les budgets nécessaires à cette fin sont-ils déployés pour diffuser des messages de prévention adaptés aux différents groupes de personnes « vulnérables au VIH »? Un travail significatif a-t-il été accompli pour créer un environnement social respectueux des personnes vivant avec le VIH favorisant le dévoilement sans crainte de violence ou de discrimination?

Le désengagement du politique à l’égard de la prévention du VIH contribue à faire d’une lutte collective un champ miné où le droit criminel devient un ultime rempart. Aujourd’hui, nous répétons notre appel au Ministre de la Santé et des Services sociaux à collaborer avec le Ministre de la Justice afin de développer des lignes directrices destinées à encadrer les poursuites judiciaires en matière de criminalisation du VIH.

Nos demandes répétées demeurent sans réponse alors qu’une intervention adéquate en matière de lutte au VIH requiert que les autorités de santé, et notamment la santé publique, agissent sur les facteurs contribuant à la vulnérabilité au VIH au nombre desquels figure la criminalisation du VIH. En laissant persister la situation dans l’indifférence totale les autorités responsables de la santé publique échouent à assumer leur rôle et à prévenir le VIH.

La COCQ-Sida regroupe les organismes communautaires québécois de lutte contre le VIH/sida afin de favoriser l’émergence et le soutien d’une action concertée. Pour ce faire, elle suscite, soutient et consolide l’action communautaire face à la lutte contre le VIH/sida sur le territoire québécois. Le regroupement solidarise les gens, unit les démarches, les actions et les ressources impliquées, dans le respect de l’autonomie de chacun des groupes-membres, pour répondre aux enjeux qui touchent les PVVIH et l’ensemble des populations à risque d’être infectées par le VIH du Québec.


About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.

Leave a comment