Quand le GRIS fait la différence dans les écoles du Québec


C’est dans une ambiance festive que le GRIS-Montréal (Groupe de recherche et d’intervention sociale gaies et lesbiennes) a lancé sa cinquième campagne de financement annuelle sous le thème «L’homophobie ça touche tout le monde» ce 25 septembre à l’occasion d’une conférence de presse.

Leurs porte-paroles, les comédiens Macha Limonchik et Vincent Bolduc, étaient présents pour partager leur propre vision de l’importance d’agir face à l’homophobie. En tant que parents et amis de gens de la communauté allosexuelle, ces deux acteurs, trouvent important de sensibiliser les jeunes à avoir une plus grande ouverture d’esprit. 

Lors de leur discours, ils ont fait référence au fait qu’il est arrivé qu’un jeune de leur entourage vienne à employer des termes tel que « c’est donc ben gai » ou « c’est donc ben fif ». Lorsqu’on leur faisait remarquer ce qu’ils avaient dit, ils se défendaient en disant « ce n’est pas dans le sens d’homosexuel, c’est dans le sens de poche ».

Cependant, les porte-paroles du GRIS restent optimistes. C’est en continuant de faire ce que le GRIS fait qu’il sera possible, un jour, d’en arriver à ce que madame Limonchik disait : « Il y a longtemps que je rêve d’une école où chacun pourrait se développer, se découvrir et expérimenter librement, à l’abri du mépris, des insultes et des préjugés. »

Un touchant témoignage
Un jeune a livré un touchant témoignage sur la différence qu’a fait le passage du GRIS-Montréal dans son école quant à l’acceptation de son orientation sexuelle. Il a fait part des insultes de toutes sortes que son chum et lui ont subi. Ils n’ont pas eu du tout la vie facile. Cependant, à la suite de la venue du GRIS dans son école, alors qu’il était en secondaire 4, ces insultes ont beaucoup diminuées.

Il espère vraiment que le GRIS reviendra à son école cette année et continuera le travail afin que cesse de plus en plus ces commentaires pour, qui sait, un jour disparaître.

Le président du cabinet de campagne, Me Sylvain Bellavance, a ensuite pris la parole pour annoncer que l’objectif de financement cette année était de 65 000$.

Une bourse de 500$
Finalement, le président du SEPB-Québec (Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau), Maurice Laplante, a remis une bourse de 500$ à l’école récipiendaire du prix GRIS-Montréal de lutte à l’homophobie en milieu scolaire. Cette bourse fut décernée à l’école Ozias-Leduc de Mont-Saint-Hilaire pour la création de la comédie musicale Elles, un spectacle traitant d’homosexualité féminine.

Une étudiante de secondaire 5, Andréanne St-louis, a mis deux ans à écrire et composer 19 chansons pour cette occasion, tout en s’occupant de la mise en scène et de la réalisation de ce spectacle. Cela aura permis à une cinquantaine d’étudiants de s’impliquer sur ce projet et à 700 autres élèves et parents, d’y assister.

Petite parenthèse ici, le concours du prix de lutte à l’homophobie en milieu scolaire revient cette année encore!

Si vous désirez avoir plus d’information sur la campagne de financement, sur la vision des porte-paroles par rapport à l’homosexualité ou encore sur le prix de lutte à l’homophobie en milieu scolaire, il est possible de se rendre sur le site Internet du GRIS-Montréal (www.algi.qc.ca/asso/gris-mtl.html).


About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.

Leave a comment