Pétition pour un don de sang sans discrimination


Au Québec comme au Canada, tout homme ayant eu une relation sexuelle avec un autre homme depuis 1977 est automatiquement exclu du don de sang, sans égard au type de relation ou à la protection utilisée. Nous jugeons cette réglementation discriminatoire.

C’est pour cette raison que nous avons composé une pétition afin de demander à Héma-Québec, à la Société canadienne du sang et à Santé Canada de changer leur réglementation.

Nous vous encourageons à l’imprimer et à la faire signer à vos amis et à votre famille et à nous la retourner dès qu’elle est remplie à l’adresse de retour inscrite sur la pétition. On prévoie déposer la pétition le 14 juin 2008, lors de la Journée mondiale du don de sang, à moins que des élections fédérales aient lieu avant.

Texte de la pétition

Au Québec comme au Canada, tout homme ayant eu une relation sexuelle avec un autre homme depuis 1977 est automatiquement exclu du don de sang, sans égard au type de relation ou à la protection utilisée. Nous jugeons cette réglementation discriminatoire.

Nous demandons donc à Héma-Québec, à la Société canadienne du sang et à Santé Canada de changer leur réglementation afin de baser les questions sur les comportements à risque plutôt que sur le sexe du partenaire impliqué.


Il est évident que les intentions d’Héma-Québec, organisme responsable du don de sang au Québec, ainsi que celles de la Société canadienne du sang et de Santé Canada, sont nobles et qu’elles visent la santé publique.

D’ailleurs, les statistiques montrent bien que la prévalence de la plupart des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS), dont le VIH, est plus élevée chez les hommes ayant eu une relation sexuelle avec un autre homme.

Toutefois, il faut tenir compte du fait que ceux-ci ne présentent pas tous le même risque. Par exemple, plusieurs de ces hommes ont des relations sexuelles protégées avec un partenaire stable, ce qui les rend moins à risque de contracter une ITSS que nombre d’hétérosexuels ayant des relations sexuelles non protégées avec différents partenaires. Toutefois, ces derniers sont exclus des collectes de sang seulement pour une période de six mois suivant la dernière relation sexuelle à risque, alors que pour les hommes ayant eu une relation sexuelle avec un autre homme l’exclusion est permanente. Cette exclusion de six mois est basée sur le fait que les principales ITSS, dont le VIH, sont détectables par un test sanguin six mois après l’infection.


De plus, la demande actuelle en produits sanguins est sans cesse grandissante. Or, différentes études montrent que plus de 20% des hommes ont eu une relation sexuelle avec un homme au moins une fois dans leur vie. Au Québec, cela représente environ 600 000 donneurs potentiels qui sont exclus par la réglementation actuelle. Cela veut donc dire qu’une grande quantité de sang est rejetée pour des raisons injustifiées.

Il serait simple de modifier la réglementation afin de la rendre à la fois moins discriminatoire et plus cohérente, et ainsi d’élargir le bassin de donneurs potentiels. Par exemple, il serait raisonnable d’imposer une période d’exclusion déterminée pour tout individu ayant eu une relation sexuelle à risque avec une personne dont le statut médical est inconnu, sans égard au sexe de celle-ci.

Nous considérons que la réglementation actuelle à l’égard du don de sang par les hommes ayant eu une relation sexuelle avec un autre homme est discriminatoire et vise les mauvaises cibles. Nous demandons donc à Héma-Québec, à la Société canadienne du sang et à Santé Canada de changer leur réglementation afin de baser les questions sur les comportements à risque plutôt que sur le sexe du partenaire impliqué.

Questions variées
Pourquoi n’incluons-nous pas le don d’organe ?
La pétition a été écrite et lancée avant la récente décision de Santé Canada de bannir le don d’organe de la part des hommes gais. Nous avons décidé de ne pas modifier la pétition pour ne pas devoir recommencer à zéro. Nous croyons que, dans l’essence, si Santé Canada change sa politique pour le don de sang, inévitablement, la politique pour le don d’organe sera aussi modifiée.

Comment recueillir le plus de signatures en le moins de temps?
Voici quelques petits trucs pour recueillir un grand nombre de signatures en peu de temps. En utilisant ces quelques trucs, nous avons réussi à récolter plus de cent signatures à l’heure par bénévole.
Parlez-en dans votre entourage

La majorité des gens à qui on a parlé de la pétition n’était même pas au courant de la situation. Lorsque nous leur avons fourni les explications, ils étaient généralement très enclins à signer.
Rendez-vous dans des endroits très fréquentés. Les cafétérias, par exemple, sont de très bons endroits. Vous pouvez ainsi expliquer la situation à toute une table en même temps.

Ayez plusieurs pages et plusieurs stylos.
Vous expliquerez souvent la pétition à plusieurs personne à la fois. En ayant plusieurs feuilles et plusieurs stylos, vous pourrez recueillir leur signature plus rapidement et passer à quelqu’un d’autre.

Allez dans des endroits où les gens ne sont pas pressés.
Les salles d’attente, salles d’étude, cafétéria, salles à café, sont tous des endroits où les gens ne sont pas pressés. Si vous essayez d’expliquer la pétition à des gens qui sont en déplacement, ils vous diront probablement qu’ils n’ont pas le temps.

Utilisez les périodes où les gens ne sont pas occupés.
Encore une fois, les gens seront beaucoup plus enclins à vous écouter s’ils sont en train de manger ou de prendre une pause que s’ils sont en train de travailler. Choisissez votre moment!


About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.