Les droits humains et le VIH/sida : aujourd'hui plus que jamais !


Dans ce document d’une douzaine de pages disponible en plusieurs langues, publié par la Law and Health Initiative de l’Open Society Institute et endossé par le Réseau juridique canadien VIH/sida, les auteurs, Ralf Jürgens et Jonathan Cohen, y vont de dix raisons concrètes pour appuyer une telle revendication.

On se rappellera que lors de la Rencontre de haut niveau sur le VIH/sida ayant pour thème « Unir le monde contre le sida », et qui avait lieu du 31 mai au 2 juin 2006, au siège des Nations Unies à New York, les leaders mondiaux avaient réaffirmé que « la réalisation pleine et universelle des droits de l’homme et des libertés fondamentales est un élément essentiel de l’action mondiale contre l’épidémie de VIH/sida ».

Or, 25 ans après le début de l’épidémie du sida, cet élément essentiel demeure le chaînon manquant dans la réponse au VIH/sida.

Pour Steve Foster, président-directeur général du CQGL, « Il est inadmissible qu’en 2008, les ressources légales, humaines ou financières ici ou ailleurs puissent manquer dans la lutte au VIH/sida. Dernièrement, lors de la récente Journée internationale du sida, en décembre, le Dr Réjean Thomas, spécialiste sur la question, sonnait l’alarme face à une recrudescence de ce fléau qui affecte plus de 33 millions de personnes dans le monde, dont 20 000 Québécois.

C’est pourquoi le CQGL appuie sans réserve cette déclaration et invite les gouvernements du Québec et du Canada à faire de même. Il les invite aussi à mettre cette grave question à l’avant plan dans leurs discussions et échanges avec les autres pays du monde.»

 
Les 10 raisons pour appuyer la déclaration :
1.       L’accès universel ne sera jamais réalisé sans les droits humains.
2.       L’inégalité entre les sexes rend les femmes plus vulnérables au VIH; de fait, c’est maintenant parmi les femmes et les filles que s’observent les taux d’infection à VIH les plus élevés, dans les pays fortement affectés.
3.       Les droits et les besoins des enfants et des jeunes sont en grande partie laissés pour compte, dans la réponse au VIH, même s’il s’agit à plusieurs endroits des personnes qui sont le plus durement frappées.
4.       Les personnes les plus affectées reçoivent le moins d’attention dans les réponses nationales au VIH.
5.       Les programmes efficaces de prévention, de soins et de traitements pour le VIH sont la cible d’attaques.
6.       Les activistes de la réponse au sida mettent leur sécurité en jeu en demandant que les gouvernements rehaussent l’accès aux services en matière de VIH et de sida.
7.       La protection des droits humains est la bonne voie pour protéger la santé publique.
8.       Le sida soulève des défis uniques et requiert une réponse exceptionnelle.
9.       Les réponses au VIH qui sont « fondées sur les droits » sont concrètes et fonctionnent.
10.   En dépit d’un appui marqué au niveau rhétorique, les actions concrètes en matière de VIH/sida et de droits humains demeurent insuffisantes.

Pour consulter le document :

 

About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.

Leave a comment