Une nouvelle infection transmissible sexuellement fait son apparition au Québec


Sida, VIH, syphilis, papillome humain (VPH – aussi appelé condylomes). Vous avez probablement entendu parler de ces infections transmissibles sexuellement (ITSS, anciennement appelées MTS) grâce aux nombreuses campagnes d’informations sur ces questions. Et bien, ce n’est pas fini! Voilà qu’une nouvelle infection fait son apparition sur le territoire québécois et la Direction de la santé publique de Montréal (DSP) fera tout pour qu’elle ne passe pas inaperçue!   

Cette nouvelle ITSS, c’est la LGV. Et c’est le 8 décembre dernier que la DSP nous a invités à faire la connaissance de la lymphogranulomatose vénérienne, une infection transmissible sexuellement, de la famille de la Chlamydia.

Du Sud au Nord
Décrite pour la première fois en 1900, la maladie était jusqu’à maintenant présente en Afrique, en Amérique du Sud, en Asie et dans les Caraïbes. Depuis 2004, on assiste à une forte hausse des cas en Europe et en Amérique du Nord.

Depuis l’été 2004, 17 cas ont été recensés au Québec. La plupart des infections ont été signalées depuis l’été dernier. Tous les cas sont survenus chez des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes.

Le nombre de cas peut sembler petit, mais les spécialistes envisagent un scénario semblable à celui de la syphilis: explosion des cas depuis quelques années, une centaine de cas répertoriés à Montréal en 2004.

Les symptômes?
On peut transmettre la LGV au cours d’une relation sexuelle par voie orale, vaginale ou anale. Les symptômes sont de petites plaies non douloureuses sur le pénis, sur l’anus ou dans la bouche, suivies d’une inflammation des ganglions ou du rectum.

Si elle n’est pas traitée, elle peut causer des dommages graves aux organes génitaux et à l’intestin. La LGV se traite avec des antibiotiques et peut se transmettre plus d’une fois à la même personne.

Il est donc toujours fortement recommandé d’utiliser un condom lors de chaque relation sexuelle incluant une pénétration d’un objet ou d’une partie du corps dans une autre partie du corps. Ce conseil est aussi valable pour se protéger des autres ITSS.

Et les filles?
Quant aux filles, même si cette campagne d’information sur le LGV ne vous cible pas particulièrement, n’oubliez pas que vous êtes quand même à risque de contracter cette ITSS dans le futur, ainsi qu’une panoplie d’autres infections !

Pour plus d’information sur la lymphogranulomatose vénérienne ou sur toute autre infection transmissible sexuellement : http://www.infoits.qc.ca


Avatar photo

About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.