1, 2, 3, GAI!


AlterHéros republie sur le portail un article que Mado Lamotte a écrit dans le journal ICI Montréal dans le cadre du festival Divers/Cité.  Cet éditorial vous donnera de bons arguments l’an prochain pour célébrer votre fierté sans gêne et amènera ceux et celles qui s’y opposent à réfléchir.

Depuis lundi, on nage en plein festival culturel Divers/Cité, la célébration annuelle de notre belle fifure, un des événements majeurs et un incontournable de notre bel été montréalais. Pour moi, ça veut dire Noël, le jour de l’an et l’halloween en même temps. À partir de demain, j’entreprends 72 heures intensives de spectacles, de partys, de beuveries et de tout ce qui va avec le mot «célébration». Trois jours non stop à courir comme une poule pas de tête, à manger n’importe quoi qui se cuisine en moins de 5 minutes, à essayer de dormir et, surtout, à faire ce que j’aime le plus au monde, monter sur des dizaines de scènes pour divertir des milliers de personnes. De beaux moments de pur bonheur et d’extase en perspective. Pourvu que dame nature ne nous envoie pas une pluie d’insultes sur la tête en fin de semaine.

Je sais qu’il y a beaucoup d’entre vous qui en ont rien à foutre de la fierté gaie et c’est très bien comme ça. Vous n’avez pas à vous sentir coupables de ne pas être concernés, comme vous n’avez pas à juger de la pertinence de cet événement. Moi, par exemple, je me contrefiche de la plupart des festivals qui se déroulent à Montréal chaque été et j’en fais
pas une affaire personnelle.  J’ai pour mon dire que si tous les goûts sont dans la nature, ben, tous les goûts se valent, que ça me plaise ou non.

Qu’il s’agisse de jazz, de comédie, de chars de course, de musique francophone ou africaine, de cinéma d’ici ou d’ailleurs, de feux d’artifices, d’épluchette de blé d’Inde western ou de spectacles de drag queens, c’est votre choix d’embarquer dans le party, comme c’est votre choix de rester enfermés chez vous devant la télé à vous pogner le beigne!

Par contre, ça vous donne pas le droit de condamner tout ce qui ressemble pas à l’idée que vous vous faites de la vie. Allez pas faire des George W. Bush de vous autres, là! Les méchantes drag queens et les vilains gars de cuir vous énervent?  Les fesses et les seins nus vous horripilent? Ben voyons donc, mes cocos, on est pas aux États-Unis icitte. À ce que je sache, on tue pas à coups de plumes, de paillettes, de cuirette ou de foufounes à l’air! Les puristes qui cherchent à rétablir l’ordre selon les principes de nos grands-parents, c’est bon pour les membres du nouveau parti conservateur, pas pour vous autres, mes amours.

C’est drôle mais y a jamais personne qui se plaint qu’il y a trop de costumes extravagants à la Carifiesta, de motards à la Saint-Jean ou de seins nus au carnaval de Rio. Et personne chiale qu’il y a trop de pitounes en bikini sur la rue Saint-Laurent ou trop de colons qui gueulent les samedis soirs dans le centre-ville. Et c’est surtout pas parce qu’il y a un million de Québécois qui tripent sur Elvis Gratton que le Québec en entier est épais, n’est-ce pas?

Alors, il est où le problème avec la fierté gaie? Vous êtes homo et l’expression «fierté gaie» vous aliène? Ah ben là, va falloir que vous en parliez avec Gilles Proulx, mes poussins. Vous êtes hétéro et les fondamentalistes gais vous font peur? Ben faites comme Denise Bombardier et allez vous plaindre aux Français, sti! Moquez-vous, bitchez ou ridiculisez-moi, j’ai pas de problèmes avec ça, la vie est trop courte pour que j’me prenne au sérieux. Mais de grâce, mes chéris, si vous en avez rien à foutre de notre fierté gaie, restez donc chez vous et cesser de nous radoter le même discours année après année. On commence à le savoir qu’on est toute une gang de dégénérés, de dépravés, de pervers, et quoi encore? Moé, chu straight, chu gaie, chu bi, chu à ma chatte, so what! Quand j’tripe, j’ai pas besoin de l’approbation de la planète en entier. Qui m’aime me suive pis les autres, ben, mangez… vos bas!

>> Visite Mado Lamotte: www.mado.qc.ca <<

Cet article a été republié avec la permission de Mado.


Avatar photo

About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.