Les effets secondaires de rire de l’homosexualité 1


Le 6 février 2004 le service d’aide, d’écoute téléphonique et de renseignements Interligne a lancé une nouvelle campagne de sensibilisation présentée dans le cadre de la Semaine nationale de prévention du suicide 2004. Cette campagne qui vise à contrer le suicide chez les personnes homosexuelles consiste principalement en une affiche intitulée « Effets secondaires – rire de l’homosexualité ». Le concept présente un paquet de cigarettes, de marque MORT DE RIRE

Interligne lance une nouvelle campagne de sensibilisation
Les effets secondaires de rire de l’homosexualité
La prévention du suicide, il faut y mettre le paquet!

Le 6 février 2004 le service d’aide, d’écoute téléphonique et de renseignements Interligne a lancé une nouvelle campagne de sensibilisation présentée dans le cadre de la Semaine nationale de prévention du suicide 2004.  Cette campagne qui vise à contrer le suicide chez les personnes homosexuelles consiste principalement en une affiche intitulée « Effets secondaires – rire de l’homosexualité ». Le concept présente un paquet de cigarettes, de marque MORT DE RIRE, avec les avertissements d’usage : Rire des personnes homosexuelles peut causer des dommages irréparables. On peut y lire aussi l’avis suivant : Des études démontrent que les jeunes homosexuel.les présentent un risque de suicide de 6 à 14 fois plus élevé que les jeunes hétérosexuel.les.

La campagne a pour objectif de sensibiliser les élèves, les intervenant.es en milieu scolaire, les parents, les décideur.euses, les médias, le milieu artistique, les acteur.trices impliqué.es en prévention du suicide, ainsi que la population en général, aux « effets secondaires » qu’engendrent les moqueries faites au détriment des personnes homosexuelles.

Le suicide n’est pas la règle générale chez les gais et les lesbiennes. En soi, l’homosexualité n’est pas une raison pour s’enlever la vie. La plupart des personnes homosexuelles sont heureuses dans la vie, suffisamment bien dans leur peau pour être capables de rire d’elles-mêmes lorsque l’occasion se présente. Hélas, tous et toutes ne sont pas rendus à ce stade dans l’adaptation à leur propre réalité. Ce sera le cas pour les lesbiennes et les gais qui acceptent difficilement ou qui nient leur orientation homosexuelle, indépendamment de leur âge.

Dans ce contexte, les blagues et l’humour déguisé sur « les fifs, les tapettes, les gouines ou les butchs » n’ont rien de comique. Lorsque le jeu devient un moyen de faire rire les autres, d’exprimer indirectement son rejet de l’homosexualité, qu’il prend une tournure répétitive, que le soutien familial ou scolaire est absent, que l’étau se resserre, on retrouvera les conditions susceptibles de conduire à la dépression pouvant se terminer par un geste désespéré.

Cette nouvelle affiche suscite déjà des réactions, certaines positives et certaines négatives.  Du côté positif, auprès des personnes hétérosexuelles interrogées, le message semble bien passer.  Une personne nous raconte qu’associer l’image du paquet de cigarette avec l’homophobie est géniale puisque c’est une association qui est facile à faire : tout le monde sait que fumer est mal, alors c’est la même chose pour les blagues qui ciblent les personnes homosexuelles.  « Souvent, les campagnes de sensibilisation qui s’attaquent à ce genre de problèmes tels que le racisme, le suicide, ils abordent souvent un message dramatique.  Dans cette affiche, on traite d’un sujet qui est omniprésent d’une façon originale et ça permet d’y penser deux fois avant de faire des blagues sur les gai.es.  On oublie parfois qu’une chose qui apparaît anodine peut blesser des gens » explique une autre personne interrogée.

Par contre, l’usage du paquet de cigarettes ne plait pas à tout le monde.  Certain.es expliquent que le paquet de cigarette est un objet qui est désormais mal perçu par la population et de plus en plus banni par plusieurs établissements.  Bien que le message tende à associer les effets négatifs de la cigarette avec l’homophobie, il est fort possible que certains établissements scolaires s’opposent à l’affichage de cette affiche qui, à première vue, semble être une publicité pour la cigarette.

D’autres personnes sont d’avis que plutôt qu’afficher une image positive de l’homosexualité, l’affiche laisse sous-entendre que l’homosexualité est un problème en soi.  Elle prend pour victime les personnes homosexuelles en généralisant le fait que toute personne homosexuelle est nécessairement une cible des rires de l’homosexualité.  Comme le dit Hélène, infirmière, « l’homophobie existe et on doit s’y attaquer.  Par contre, je ne crois pas que les jeunes cessent de rire des personnes homosexuelles en voyant cette affiche. »  Elle explique qu’il est important avant tout d’utiliser des méthodes plus directes : former les intervenant.es pour qu’iels agissent dans leur milieu et éduquer les jeunes sur l’homosexualité.  « Le problème de l’homophobie prend sa source dans l’ignorance. Quand on est bien outillé.e à confronter les préjugés, les rires n’atteignent plus leur cible » raconte-elle.  Elle suggère que la meilleure stratégie pour les jeunes visé.es est de faire fi de ces rires et démontrer aux autres jeunes que ces propos ne les touchent pas.  Les jeunes rient de se qu’iels ne connaissent pas, de ce qui leur paraît « anormal ».  En informant les jeunes que rire des gai.es peut mener au suicide, on alimente à nouveau le stéréotype du jeune gai, mal dans sa peau, victime d’homophobie et qu’il a un problème dont il y a quoi rire, selon Hélène.

Contrairement à l’opinion de la dernière, d’autres personnes questionnées croient que l’on doit s’attaquer à ce sujet puisque trop souvent l’homophobie ambiante passe sous le silence puisque les jeunes ont peur d’être identifiés comme gai s’ils interviennent.  Ce type de campagne de sensibilisation contribue à diminuer l’effet d’entraînement, selon d’autres personnes.

Qu’on aime ou qu’on n’aime pas, Interligne explique « que le but du parallèle entre l’affiche et les publicités anti-tabac est d’informer des conséquences réelles d’un geste considéré anodin et socialement accepté ». Monsieur Laurent McCutcheon, président d’Interligne, rappelle : « La prévention du suicide ne se limite pas à intervenir au moment d’une crise suicidaire, mais à poser des actions concrètes pour éviter qu’elle ne se présente. Le moyen le plus efficace est de lutter contre l’homophobie. Au quotidien, un moyen à la portée de tou.tes, est de cesser et de faire cesser les plaisanteries sur les personnes homosexuelles. On aura beau dire que l’intention n’est pas mauvaise; peu importe, ce qui compte, ce sont les effets secondaires. »

Comment trouvez-vous la nouvelle campagne de sensibilisation d’Interligne?  Pensez-vous qu’elle contribuera à diminuer l’homophobie dans les milieux scolaires?  AlterHéros désire connaître votre opinion : cliquez sur l’icône « Réagis » pour laisser vos commentaires.


About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.


Leave a comment

One thought on “Les effets secondaires de rire de l’homosexualité

  • Catherine

    Je crois que l’affiche imaginée par Gai Écoute pourra sensibiliser la population face à l’homophobie. Il est vrai que ce n’est pas en voyant l’affiche que quelqu’un cessera de faire des blagues et je suis d’accord avec Hélène, il faut une action directe de la part des intervenants. Cependant, je suis convaincue que les affiches viennent compléter le travail direct d’intervention et qu’elles ont un pouvoir d’influence. Une fois qu’un intervenant est parti, on l’oublie, mais l’affiche on la voie tous les jours et si on réussit à l’associer au discours d’un intervenant, alors le message est doublement assimilé et est acqui de façon permanente. Je suis perçuadée que pour lutter contre l’homophobie, il faut mettre en pratique toutes les méthodes de sensibilisation possibles. C’est l’accumulation du même message exprimé de manières différentes qui lui donneront la force d’être entendu. Même si l’affiche peut déplaire à quelques uns, elle remplira certainement sa mission.